Nette baisse à la Bourse de Paris

 |   |  594  mots
Après cinq séances consécutives de hausse, la Bourse de Paris a logiquement subi des prises de bénéfices. A la clôture, le CAC 40 recule de 1,16% à 3.830,82 points.

Le secteur financier, qui a surperformé mercredi, est le premier à subir des dégagements. Plusieurs éléments défavorables pèsent également sur le compartiment. Le comité de Bâle a rendu publiques ce jeudi les nouvelles règles plus strictes en matière de fonds propres sans évoquer de délai d'adaptation pour les banques, une hypothèse qui avait permis aux valeurs bancaires de bondir mercredi.

Par ailleurs, le secteur souffre également à Wall Street. Citigroup a déçu avec son augmentation de capital. Goldman Sachs et Morgan Stanley sont pour leur part pénalisées par des commentaires de l'analyste Meredith Withney qui a abaissé ses prévisions de résultats. Du coup, à Paris, Crédit Agricole décroche de 4,59% à 12,90 euros. Il s'agit de la plus forte baisse du CAC. Société Générale perd 3,36% à 47,50 euros, Dexia recule de 3% à 4,59 euros et BNP Paribas cède 1,55% à 55,16 euros. Sur le SBF 120, Natixis chute de 5,01% à 3,41 euros.

Seul Axa parvient à se maintenir dans le vert. Le titre gagne 0,18% à 16,32 euros. Le groupe doit faire face à une contre offre surprise de la National Australia bank pour le rachat de sa filiale Axa Asia Pacific Holding. National Australia bank propose 8,3 milliards d'euros contre 7,9 milliards d'euros pour Axa allié avec AMP. Cette dernière offre a été rejetée.

De retour sur les baisses, Lagardère lâche 3,6% à 28,22 euros. Le titre a été dégradé par Exane. Par ailleurs, le groupe a renoncé à racheter la régie publicitaire de France Télévisions.

Total, la première pondération du CAC, pèse sur la tendance avec un repli de 1,39% à 43,31 euros. Autre poids lourds de l'indice, Sanofi-Aventis perd 1,49% à 53,44 euros. Le groupe veut doubler ses ventes de vaccins d'ici 2013. Par ailleurs, c'est officiel, Serge Weinberg va devenir président non exécutif du groupe pharmaceutique.

STMicroélectronics recule également de 0,98% à 5,98 euros. Les prévisions sont pourtant plutôt optimistes pour le secteur des semi-conducteurs. Le cabinet Gartner a ainsi revu à la hausse sa prévision pour 2009, mais il prévoit tout de même un repli du marché de 11,4%.

Sur le SBF 120, ADP n'a pas trop été sanctionné. L'action cède 0,63% à 53,28 euros. Le gestionnaire des aéroports parisiens a annoncé un repli de 1,3% de son trafic passager en novembre. En revanche, la baisse est plus marquée pour Air France-KLM qui laisse 2,69% à 11,22 euros.

Du côté des hausses, EADS signe la meilleure performance du CAC. L'action s'adjuge 2,37% à 12,94 euros. Bernstein a relevé sa recommandation sur la valeur. Par ailleurs, le titre profite de la faiblesse de l'euro, retombé à moins de 1,44 dollar.

Bouygues bénéficie pour sa part d'un relèvement de recommandation de Chevreux et prend 1,53% à 35,40 euros.

De son côté, Accor reprend des couleurs après deux séances de baisses survenues alors que le projet de scission des activités a été approuvé par le conseil d'administration. Le titre gagne 0,36% à 37,28 euros.

Sur le SBF 120, Safran bondit de 2,23% à 13,07 euros. Selon les Echos et le Figaro, l'équipementier aéronautique aurait été choisi par la Chine au côté de General Electric pour équiper l'avion C919 construit par la société chinoise Comac. Cet appareil est destiné à concurrencer l'Airbus A320 et le Boeing 737.

Du côté des devises, le dollar continue de reprendre des forces. L'euro est aussi affaibli par les inquiétudes sur la Grèce. Du coup, 1 euro s'échange ce soir 1,4317 dollar. Sur les marchés pétroliers, les cours du brut sont en baisse. Le baril de WTI s'échange contre 71,55 dollars et le baril de Brent contre 72,67 dollars.

(point boursier également disponible en vidéo)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :