La Bourse de Paris campe sur ses positions

 |   |  954  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pénalisée par la décision de Pékin de durcir à nouveau sa politique monétaire, la Bourse de Paris termine une séance indécise sur un gain de 0,12 %, signant ainsi sa dixième semaine de hausse depuis le 22 novembre.

Alors qu'aucun indicateur économique d'importance n'était attendu ce jour, le nouveau durcissement de la politique monétaire de Pékin a refroidi  les investisseurs. Oscillant autour de ses niveaux de la veille (le CAC 40 a gagné 0,39 % au plus haut et perdu 0,39 % au plus bas), l'indice parisien a terminé sur un gain de 0,12 % à 4.157,14 points.

Conforté par la clôture de Wall Street jeudi soir malgré des statistiques économiques mitigées, le marché parisien s'est inscrit, dans les premiers échanges, dans une tendance haussière. Mais faute de catalyseur (aucun indicateur d'importance n'était attendu Outre-atlantique et Lafarge étant la seule société du CAC a avoir publié ses résultats 2010), l'annonce en fin de matinée d'une nouvelle hausse du coefficient des réserves obligatoires des banques chinoises, effective le 24 février, a inversé la tendance. L'hésitation de Wall Street à la veille d'un week-end de trois jours aux Etats-Unis pour cause de Présidents? Day n'incitant pas à prendre des risques, les investisseurs ont préféré camper sur leurs positions. Et ce d'autant plus que la semaine prochaine, une nouvelle salve de résultats (dont ceux d'Accor, Crédit Agricole et France Télécom) est attendue.

Pour lutter contre l'inflation, la Chine a une nouvelle fois augmenté de 50 points de base le taux de réserves obligatoires des banqes chinoises, le portant à un niveau record de 19,5 %. C'est la deuxième fois depuis le début 2011 et la huitième fois depuis janvier 2010 que Pékin intervient sur ce ratio afin de lutter contre l'inflation. Si celle-ci s'est moins accélérée moins que prévu en janvier, ressortant à 4,9% sur douze mois, les pressions sur les prix ont continué à s'accroître et devraient pousser la banque centrale à poursuivre son resserrement monétaire.

En France, le climat des affaires dans l'industrie manufacturière française a reculé en février. L'indicateur synthétique du climat des affaires dans le secteur a reculé de 2 points à 106 points, mais demeure tout de même six points au-dessus de sa moyenne de longue période (100 points). Vingt économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un chiffre de 109, leurs estimations s'échelonnant de 105 à 110 points.

Valeurs en hausse

Lafarge a grimpé de 4,13 %. Lors de la présentation de ses résultats 2010, le cimentier a indiqué anticiper un rebond de la demande en ciment en 2011 après un exercice 2010 marqué par des résultats globalement en ligne. Il table pour l'exercice en cours sur une croissance des volumes de ciment comprise entre 3% et 6%, contre de -1% à +3% attendu en 2010.
Par ailleurs, le groupe a annoncé un accord avec Anglo American pour regrouper leurs activités ciment, granulats, béton prêt-à-l'emploi et enrobés bitumineux au Royaume-Uni. Le chiffre d'affaires 2010 combiné se monte à 1,8 milliard de livres sterling (2,14 milliards d'euros) avec un Ebitda combiné de 210 millions de livres. Ce rapprochement permettra de créer des synergies supérieures à 60 millions de livres/an.

France Télécom, qui publiera ses résultats 2010 le 24 février, a  progressé de 1,61 %. Le titre a profité du relèvement de recommandation de Barclays. De "sous-pondérer" l'intermédiaire est passé à "neutre". Son objectif de cours est confirmé à 8,30 euros.

Bouygues a gagné 1,16 %. Selon un communiqué du ministère de la Défense, un groupement conduit par le groupe de BTP été choisi par l'Etat pour construire le futur "Pentagone à la française" sur le site de Balard, dans le sud-ouest de Paris. Ce groupement conduit par Bouygues inclut notamment Thales pour l'informatique, Sodexo pour les services, Dalkia pour l'énergie, ainsi que FIDEPPP - réunissant les Caisses d'épargne et Natixis - et SEIEF comme investisseurs financiers.

Valeurs en Baisse

Technip (-2,92 %) est la plus forte baisse du CAC. Oddo a baissé sa recommandation d'"acheter" à "accumuler" et tout en passant son objectif de cours de 73 à 77 euros. Par ailleurs, dans un entretien à "La Tribune", son PDG Thierry Pilenko a déclaré que le spécialiste des équipementiers pétroliers n'a pas besoin d'une acquisition "transformante", mais veut continuer à accroître son offre de services. Il a également indiqué qu'aucun de ses clients au Moyen-Orient n'avait modifié ses projets à la suite des crises politiques en Tunisie et en Egypte.

Michelin a perdu 1,13 %. Si goldman Sachs a relevé son objectif le portant à 71 euros contre 58 précédemment, l'intermédiaire a confirmé resté à la vente sur le titre.

BNP Paribas a lâché 0,90 %. Le gouvernement de Côte d'Ivoire a décrété jeudi la nationalisation des filiales locales des banques étrangères ayant suspendu leurs activités, parmi lesquelles figure l'établissement français.

EADS s'est replié de 0,55 %. Selon le quotidien "Berliner Zeitung" de ce jour, la vente à l'Etat allemand de la moitié de la participation de Daimler dans EADS se heurterait à des oppositions. La chancelière allemande doit aborder ce projet mercredi prochain avec le gouvernement.

Hors CAC

Bull s'est envolé de 6,37 % après la publication d'un résultat annuel multiplié par plus de quatre. Le groupe informatique a dégagé un bénéfice net de 6,5 millions d'euros en 2010 contre 1,4 million en 2009.Les investisseurs saluent d'autant plus la performance que le groupe avait publié de mauvais chiffres au premier semestre et avait lancé un avertissement sur ses résultats.  Concernant ses perspectives, la SSII  a confirmé ses objectifs à moyen terme.

Eutelsat a perdu 1,70 %. L'opérateur de satellite a publié des résultats semestriels qui le placent en bonne position pour dépasser ses objectifs de 2010-2011.

Devise et Pétrole

La monnaie unique a progressé face au dollar. A la clôture des marchés euuropéens, un euro s'échangeait contre 1,355 dollar.

Sur le marché du pétrole, le brent de la mer du nord gagne 0,17 % à 102,76 dollars tandis que le WTI progresse de 1,25 % à 87,44 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :