Wall Street hésite sur la direction à prendre

 |   |  592  mots
Copyright Reuters
A ses plus hauts niveaux depuis 30 mois, le marché américain hésite sur la direction à prendre dans les premiers échanges après la décision de Pékin de durcir une nouvelle fois sa politique monétaire.

Les Bourses américaines, qui atteignent des niveaux sans précédent depuis plus de 30 mois, ont ouvert vendredi sur une note indécise, semblant néanmoins se diriger vers une troisième semaine consécutive de gains. Dix minutes après l'ouverture, le Dow Jones prenait 0,06%, soit 6,89 points, à 12.325,03 et le S&P 500 perdait 0,06% (0,79 points) à 1.339,64. Le Nasdaq progressait de son côté de 0,03%, ou 0,92 points, à 2.832,50.

Le S&P 500, qui a pris 4,2% depuis le début du mois, a doublé sa valeur en moins de deux ans, soit le gain de 100% le plus rapide depuis la Grande Dépression. Mais les volumes échangés sont faibles depuis peu. Hier 6,7 milliards de transactions ont été effectuées sur le New York Stock Exchange, le NYSE Amex et le Nasdaq combinés, soit le deuxième plus faible montant depuis le 1er janvier.
"Le marché a ignoré tellement de signaux négatifs qu'on a tendance à être sceptique sur l'impact potentiel de tous ceux qui s'annoncent", a commenté Wayne Kaufman, analyste en chef chez John Thomas Financial. "Je pense que s'il y a des tendances baissières, elles seront modérées. Il n'y a toujours personne à la vente."

Le Dow Jones et le S&P 500 sont à leur plus haut depuis juin 2008, et le Nasdaq depuis octobre 2007.

"Je n'ai jamais vu un marché pareil. Quelque soit le secteur que l'on observe ce matin, les acheteurs sont au rendez-vous. Tous les indicateurs techniques et quantitatifs que j'observe montre que ce marché est à un niveau extrême", a constaté Paul Mendelsohn, responsable des investissements chez Windham Financial Services.

La décision chinoise, annoncée vendredi matin, de relever à nouveau le coefficient de réserves obligatoires de ses banques pèse sur les marchés européens. Les investisseurs suivront également les conclusions de la réunion à Paris des ministres des Finances et banquiers centraux du G20, mais n'en attendent pas d'avancée majeure.

Valeurs en baisse

Campbell Soup chute de -5,35 %. Le groupe a annoncé vendredi avoir dégagé un bénéfice par action de 71 cents et réalisé des ventes de 2,13 milliards de dollars. Le consensus tablait sur un CA de 2,15 milliards. Campbell a par ailleurs abaissé ses perspectives 2011, à la fois en terme de ventes et de bénéfices.

Dupont recule de 0,20 %. Le chimiste américain a prolongé son offre de rachat de 33,4 milliards de couronnes danoises sur Danisco jusqu'au 1er avril dans l'espoir de convaincre davantage d'actionnaires de sa cible danoise une fois toutes les autorisations obtenues.

Valeurs en hausse

Apple perd -0,16 %. Steve Jobs, actuellement en arrêt-maladie, a assisté jeudi à une rencontre entre des chefs d'entreprises de nouvelles technologies et le président américain, Barack Obama, en Californie.

Amerigroup (+1,56 %) a publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes de Wall Street, soutenu par une hausse du revenu de ses primes et du nombre de ses assurés.
Au quatrième trimestre, son bénéfice par action est ressorti à 1,59 dollar, contre 0,79 dollar un an plus tôt. Les analystes tablaient en moyenne sur 1,12 dollar selon Thomson Reuters.
Son chiffre d'affaires a lui bondi de 10,2% à 1,5 milliard de dollars, contre 1,52 milliard anticipé

Time Warner (+0,35 %) a remercié Jack Griffin, directeur de sa branche magazines deuis seulement six mois, en raison de méthodes critiquées en interne. Dans une note interne diffusée jeudi, le directeur général Jeff Bewkes indique que Time Inc, filiale de presse magazine du groupe, sera dirigée par un comité de direction intérimaire jusqu'à la nomination du successeur de Jack Griffin.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :