Rémy Cointreau : le marché porte un toast à la vente d'Heidsieck

 |  | 382 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Rémy Cointreau a annoncé lundi être entré en négociations exclusives avec le groupe EPI (Société européenne de participations industrielles) pour la vente de ses deux marques de champagne Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck, déficitaires. Le titre s'est apprécié de 2,74 %.

Grand spécialiste du cognac (Rémy Martin) et des liqueurs (Cointreau ), Rémy Cointreau avait annoncé en novembre la mise en vente de ses champagnes, dont la rentabilité n'a jamais atteint la moyenne du secteur, pour se concentrer sur ses marques à plus forte valeur ajoutée. Il vient d'annoncer être entré en négociations exclusives avec e groupe EPI (Société européenne de participations industrielles).

Aucune indication n'est donnée concernant le montant de la transaction. Mais les analystes estiment cet actif, qui comporte également de précieux contrats d'approvisionnement en raisins qui sécurisent les livraisons, aux environs de 400 millions d'euros, soit plus de quatre fois le chiffre d'affaires. Le marché a applaudi. Le titre qui se paie 19 fois les bénéfices estimés pour 2011 a gagné 2,74 %.

Avec un chiffre d'affaires de 97 millions d'euros, soit environ 12% des ventes du groupe, le champagne de Rémy Cointreau a accusé une perte opérationnelle de 4 millions d'euros en 2009-2010.

Le champagne Piper-Heidsieck, commercialisé aux alentours de 28 ou 30 euros la bouteille, est plus accessible que le Charles Heidsieck, et est exporté à 80% hors de France. Sa production avoisine les huit millions de bouteilles par an. Charles Heidsieck (deux millions de bouteilles), plus haut de gamme, n'est pas commercialisé en grandes surfaces et compte des crus millésimés dont les prix peuvent atteindre une centaine d'euros la bouteille.

Les stocks des deux marques, qui représentent environ 3,5 années de ventes, totalisent environ 40 millions de bouteilles.EPI, groupe familial dirigé par Christopher Descours, n'est pas un spécialiste du champagne mais de la mode. Il détient les chaussures J.M. Weston, François Pinet ou Michel Perry, la marque de mode enfantine Bonpoint, les chemises Alain Figaret. Il est également propriétaire du Château La Verrerie, un vin AOC des Côtes du Luberon.

"En cas d'issue favorable des négociations, la conclusion d'un accord de cession n'interviendrait qu'après consultation des instances représentatives du personnel concernées et autorisation du conseil d'administration de Rémy Cointreau ", indique le groupe de spiritueux dans un communiqué.

Début décembre, LVMH avait fait une offre de reprise pour environ 300 millions d'euros, que Rémy Cointreau avait trouvée insuffisante et avait rejetée, avait-on appris de source proche du dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :