Les valeurs françaises exposées au Japon souffrent en Bourse

Certaines sociétés françaises sont directement exposées à un ralentissement de l'économie du Japon. En Bourse, les secteurs du luxe, de l'automobile et de la réassurance sont délaissés après le séisme et le tsunami qui ont dévasté le pays.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Si le CAC 40 résiste plutôt bien ce lundi après la catastrophe au Japon, qui a fait chuter la Bourse de Tokyo de 6%, certaines valeurs réagissent néanmoins fortement à la baisse en raison de leur plus forte exposition à un ralentissement de l'économie nippone.

Les investisseurs se sont inquièté en particulier pour le secteur du luxe.  LVMH a cédé 3,09 % et PPR 2,49 % et Hermès 3,14 %. L'archipel est le deuxième marché mondial du luxe après les Etats-Unis et au coude-à-coude avec la Chine. Pour Hermès, le Japon représente même son premier marché (17% du chiffre d'affaires) tandis que pour LVMH, il représente 9% des ventes. Le pôle luxe de PPR réalise quant à lui 16% de son chiffre d'affaires au Japon.

A noter que pour Hermès, les craintes des effets du séisme et du tsunami qui ont dévasté le Nord-Est du Japon, ont occulté les propos de Nicolas Puech, actionnaire d' Hermès et frère du président du conseil de surveillance du groupe, Bertrand Puech, qui s'est dit ouvert à une coopération avec LVMH dans un entretien publié par le Journal du Dimanche. Faisant ainsi apparaître des fissures parmi les actionnaires familiaux du groupe de luxe.

Renault et Scor à la peine

Autre secteur à souffrir des évènements au Japon, les titres des constructeurs automobiles sont mal orientés ce lundi. Renault a décroché de 6,32 % alors que son partenaire japonais Nissan a fermé ses quatre usines d'assemblage au Japon. Aucun site ne devrait rouvrir ce lundi. Nissan, deuxième constructeur japonais, fabrique 22% de ses véhicules dans l'archipel.

De son côté, Peugeot a reculé de 1,94 %%. On ignore si la production de Mitsubishi, partenaire japonais de PSA Peugeot Citroën, est affectée par la situation au Japon. L'Ion et la C-Zéro électriques de PSA sont dérivées de l'iMiev de Mitsubishi et fabriquées dans l'archipel.

Les inquiétudes sur la situation au Japon pèsent aussi sur d'autres industries, comme le nucléaire. Le certificat d'investissement Areva a ainsi décroché de 9,61%, entraînant dans son sillage une autre valeur énergétique, EDF (-5,28 %).

Le secteur de la réassurance n'est pas non plus épargné, Scor a chuté de 3,43%. La facture des réassureurs devrait certainement s'alourdir après le violent séisme survenu vendredi au Japon. Le coût pour les compagnies d'assurances du séisme et du tsunami pourrait atteindre 34,6 milliards de dollars, selon une estimation initiale publiée dimanche par AIR Worldwide, spécialiste de l'évaluation du risque.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.