Des perspectives inférieures aux attentes font chuter Euler Hermès

 |   |  442  mots
Copyright Reuters
L'action Euler Hermès était en forte baisse lundi à la Bourse de Paris alors que l'assureur-crédit dit s'attendre à une croissance mondiale moins vigoureuse.

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Euler Hermès a augmenté de 7,6% à 544,1 millions d'euros. Le résultat net est en progression de 58,2 % 75,3 millions d'euros grâce, notamment, à la poursuite du redressement de l'économie mondiale en 2010. Mais les perspectives délivrées par le groupe son en deça des attentes. Alors que le consensus s'attendait à 300 millions de résultat net, l'objectif du groupe n'est que de 200 millions.

Le marché n'a guère apprécié ces perspectives. Le titre a plongé de 7,67 %. Depuis le début de l'année l'action recule déormais de 7,32 %.

Si la reprise de 2010 s'est poursuivie début 2011, l'assureur-crédit anticipe pour l'année un ralentissement de la croissance économique mondiale à 3,1 % contre 4,1 % en 2010. Parallèlement, le risque pays demeurera élevé et s'avérera à la fois plus complexe, plus volatil et plus global. Dans ce contexte, l'objectif de la filiale à 68% du groupe allemand Allianz est "de faire plus de deux cents millions d'euros à la condition de ne pas avoir de gros sinistres sur les neuf prochains mois", a indiqué Wilfried Verstraete, président du directoire du leader mondial de l'assurance crédit.

Suite à cette annonce, CA Ccheuvreux retire le titre de sa liste des valeurs préférées et Exane BNP Paribas a abaissé sa recommandation à neutre, contre surperformance.

Euler Hermes avait annoncé en février un fort rebond de ses résultats annuels 2010 à 294 millions d'euros, portés par une chute impressionnante de la sinistralité et dopés par un résultat financier de 123,4 millions d'euros. Cette performance lui avait permis de reprendre le versement d'un dividende à ses actionnaires, une pratique interrompue lorsque le groupe avait été frappé de plein fouet par la crise financière. Le groupe avait alors indiqué anticiper de solides performances en 2011, sans plus de précisions. Mais c'était avant le séisme japonais.

"Le séisme au Japon va coûter selon nous un demi point de croissance mondiale et en conséquence nous avons revu à la baisse nos prévisions de croissance mondiale", a indiqué Wilfried Verstraete. "Mais le chiffre d'affaires de nos assurés se porte mieux et ces derniers sont un peu plus optimistes qu'il y a six mois" a-t-il rajouté.

Le ratio combiné (qui mesure la rentabilité des affaires souscrites en rapportant les coûts des sinistres aux primes perçues) devrait remonter dans le courant de l'année, mais un peu moins que prévu, à 75-80%. Cet indicateur s'élevait au premier trimestre à 75%, après être descendu à 68,7% en 2010. "Il y a une remontée du ratio combiné qui est la conséquence de l'augmentation de notre appétit-risque depuis mars 2010", a expliqué le président du directoire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :