Le CAC 40 chute sous les 4.000 points

 |   |  654  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans un marché en manque de catalyseur, l'annonce de la dégradation de la note grecque par l'agence Fitch a fait plonger le CAC 40 sous les 4.000 points.

La poursuite du rebond n'a pas eu lieu. A l'issu d'une séance dite des trois sorcières (troisième vendredi de chaque mois) caractérisée par la forte volatilité le CAC 40 a affiché une perte de 0,92 % à 3.990,85 points.

 

Pourtant la journée avait bien commencée. Après avoir hésité dans les premiers échanges, les investisseurs, rassurés par la bonne tenue des prix des matières premières, avaient opté pour la hausse. Mais l'annonce d'une nouvelle dégradation de la note grecque par l'agence Fitch intervenant alors que le marché avait déjà limité ses gains après l'ouverture morose de Wall Street a amplifié le mouvement baissier.

Craignant que le versement des fonds prévus dans le plan d'aide de 110 milliards soit reporté, l'agence de notation a abaissé de trois crans la note hellénique avec perspective négative. Selon Reuters, l'agence a en effet indiqué qu'en absence d'un programme crédible et entièrement financé, la note du pays basculerait dans la catégorie « CCC », soit la plus basse des notations.

Cette annonce a été d'autant plus mal accueillie, que le nom du successeur de Dominique Strauss Kahn à la tête du FMI n'est pas encore connu et que semble se profiler une lutte de pouvoir entre les pays émergents et les pays européens.

Valeurs en hausse

Plus forte progression du CAC 40, Technip s'est envolé de 1,11%. Royal Dutch Shell a donné son accord pour la construction d'un vaisseau refroidissement de gaz naturel de 488 mètres de long permettant l'exploitation de gisements à plusieurs centaines de kilomètres de la cote. Nécessitant un investissement d'environ 10 milliards de dollars, ce vaisseau sera construit par Samsung Heavy Industries et Technip

Publicis Groupe a progressé de 0,45 %. Le titre bénéficie du changement de recommandation de HSBC qui est passé de « neutre » à « renforcer ».

Alcatel (+0,54 %) qui a accru sa part de marché de 14 à 15,5 % dans les réseaux mobiles, a indiqué être très confiant pour atteindre son objectif 2011 en terme de marge d'exploitation de (5 %)

Valeurs en baisse

Plus forte baisse, Michelin a reculé de 1,70 %. Après que le dividende de 1,78 euros ai été détaché ce matin , plusieurs actionnaires ont revendu leurs actions.

Sanofi a reculé de 1,28 %. Selon des informations de La Tribune, les autorités de santé françaises pourraient décider de procéder au déremboursement du Multaq. Commercialisé en France depuis octobre 2010, ce médicament a rapporté 4,5 millions d'euros à Sanofi dans l'Hexagone et coûté 3,7 millions à la Sécurité sociale.

EADS a lâché 1,35 % pénalisé par la faiblesse du dollar et par des prises de bénéfices après une hausse de plus de 30 % depuis le début de l'année.

 

Hors CAC40

Biomérieux s'est envole de 2,33 % % après l'annonce du rachat du spécialiste français du contrôle microbiologique industrie AES Laboratoire pour 183 millions d'euros, sa neuvième acquisition en cinq ans.

CGG Veritas a progresse de 3,12 %. Si le groupe parapétrolier profite de la hausse des prix du baril, les investisseurs saluent également l'annonce de la création d'une coentreprise au Vietnam dans le secteur de l'exploration sismique sous marine.

Ipsen (+1,61 %) a profité du changement d'avis d'Oddo Sécutities. Recommandant jusqu'alors de rester « neutre » sur le titre, l'intermédiaire est passé à l'achat. L'objectif de cours est passé de 27 à 35 euros. Il estime que le titre a été trop durement sanctionné après les déboires sur le Taspoglutide et que les produits actuellement en portefeuille devraient pouvoir relancer la valorisation du titre.

Devise et Pétrole

Pénalisé par le retour des craintes de la dette souveraine, la monnaie unique européenne était à la baisse face au billet vert. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,417 dollar

Sur le marché du pétrole, le baril était orienté à la baisse. Le Brent de la Mer du Nord s'échangeait contre 111,13 dollars tandis que le WTI vaut 98,22 dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :