Le CAC 40 sous les 3.900 points

 |   |  937  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La tentative de rebond n'aura duré que le temps d'une séance. Après de mauvaises statistiques matinales et alors que l'effet domino de la crise souveraine semble se profiler, la tendance baissière règne de nouveau à Paris.

Après avoir tenté sans grande conviction un timide rebond mardi, la Bourse de Paris, toujours prise dans la spirale de la crise de la dette souveraine en zone euro, s'inscrit à nouveau dans un mouvement baissier. A 10h15, le CAC 40 affiche un repli de 0,50 % à 3.897,28 points.

Autant mardi le marché a connu un sursaut d'optimisme après la publication de données macroéconomiques encourageantes, autant ce matin des indicateurs nippons et allemands ont plombé le moral des investisseurs.

Si, comme anticipé, le redémarrage de l'économie japonaise est à la peine après les événements du 11 mars, les chiffres publiés par le ministère des Finances de l'archipel sont moins bons que prévu, notamment sur le front des importations. Ces dernières n'ont progressé que de 8,9% sur un an en avril, alors que les économistes attendaient une hausse de 12,3%. Cette donnée suggère que la demande liée à la reconstruction n'est pas aussi vigoureuse que prévu, tandis que la demande intérieure reste faible.

Second facteur militant pour la morosité du marché, selon l'enquête mensuelle de l'institut GfK le moral des Allemands devrait poursuivre sa dégradation en juin pour le troisième mois. Cet indicateur avancé du sentiment des consommateurs ressort en baisse à 5,5 contre 5,7 pour mai. Le consensus Reuters anticipait en moyenne un chiffre de 5,6. "L'intensification de la crise de la dette en Grèce et l'augmentation continue des prix de l'énergie pénalisent l'optimisme dont faisaient montre les consommateurs jusqu'à présent. De ce fait, les très bonnes conditions générales qui existaient auparavant en Allemagne, comme la baisse du chômage et la forte reprise économique, sont quelque peu passées à l'arrière-plan pour le moment" indique l'institut dans un communiqué.

Ces statistiques interviennent alors que la crise de la dette souveraine tend à s'étendre. Après avoir annoncé une éventuelle dégradation de la note de 14 banques britanniques, Moody's a indiqué qu'un défaut de la Grèce aurait des conséquences dramatiques pour l'ensemble de la zone euro. Le Portugal et l'Irlande seraient dans ce cas menacés d'un abaissement de plusieurs crans de leur note souveraine et pourraient être rejeté dans la catégorie spéculative. La pression est donc mise sur Athènes et ce alors que le président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, a déclaré que « la Grèce doit prendre de nouveaux engagements, élargir l'ambition de son programme de privatisations, lancer d'autres réformes structurelles ». Et d'indiquer que la maturité de la dette grecque pourrait être allongée si le pays met en oeuvre toutes les réformes prévues et si les objectifs budgétaires sont atteints.

Valeurs en Baisse

La plus forte chute est enregistrée par Vallourec (-2,54 %) qui subit des prises de bénéfices. Société Générale a dégradé sa recommandation sur la valeur en passant de d'"achat" à "conserver".

EADS recule de 1,64 % malgré son optimisme les commandes à venir à l'occasion du salon du Bourget en juin dans un marché qu'il qualifie d'"actif".

Casino a démenti mardi avoir donné son accord à l'ouverture de négociations entre le distributeur brésilien GPA, dont il détient 35%, et Carrefour Brésil.

France Télécom (-0,03 %) résiste à la tendance après avoir annoncé son intention de se pencher surtout sur l'avenir de ses participations minoritaires au Portugal et en Autriche, dans le cadre de la revue de son portefeuille d'actifs européens, ce qui pourrait donner lieu à des opérations de rachat ou de cession.

Valeur en Hausse

PPR progresse de 0,25 %. Selon Bloomberg, PPR aurait mandaté Rothschild et Cie pour la cession de Redcasts (Redoute ...) valorisé 1,35 milliard d'euros. Par ailleurs, le groupe de Luxe et Volcom ont annoncé mardi avoir reçu notification de la fin de la période d'examen légale portant sur l'offre publique d'achat (OPA) du français sur l'américain.

Malgré la tendance baissière et la crise en zone euro, les valeurs bancaires sont bien orientées. BNP Paribas avance de 0,41 %, Crédit Agricole de 0,24 %, Natixis de 0,24 % et Société Générale de 0,21 %.

Hors CAC

Hermès perd 1,05 %. Le tribunal de commerce de Paris a renvoyé au 12 juillet le référé déposé par l'Association de défense des actionnaires minoritaires (Adam), permettant aux actionnaires familiaux du groupe de luxe de disposer de la totalité de leurs droits de vote lors de l'assemblée générale du 30 mai.

Rexel recule de 0,99 %. Pourtant Stoxx a annoncé dans un communiqué que Rexel serait intégré à son indice de référence paneuropéen Stoxx Europe 600 à compter du 20 juin prochain. D'autre part, le distributeur de matériel électrique, noté "Ba3" par Moody's, "BB-" par S&P et Fitch, a réalisé avec succès, mardi, 500 millions d'euros d'obligations 7 % à maturité 2018. Le livre d'ordres a dépassé 1,8 milliard d'euros.
.
Eurazeo (-0,39 %) a annoncé une augmentation de capital et offre à ses actionnaires une action nouvelle pour 20 actions anciennes détenues au 25 mai 2011.

Biomérieux (-2,31 %) a indiqué que l'autorité sanitaire américaine (FDA) avait enregistré le test rapide et automatisé de diagnostic moléculaire NucliSENS EasyQ MRSA, destiné au dépistage des patients infectés par le Staphylococcus Aureus résistant à la méthicilline.

Devise et Pétrole

La monnaie unique rechute après son rebond de la veille, subissant les craintes du marché quant à une restructuration de la dette grecque. Vers 10h15, un euro s'échangeait contre 1,403 dollar.

Sur le marché du pétrole, le baril recule. Le Brent de la Mer du Nord s'échange contre 111,32 dollars (-1,23 %) et le WTI contre 98,32 dollars (-1,27 %)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :