Le CAC 40 plonge en attendant l'emploi américain

 |   |  718  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Nerveux dans l'attente des chiffres officiels de l'emploi aux Etats-Unis pour le mois d'août, le marché subit des prises de bénéfices.

Après avoir retrouvé in extremis le chemin de la hausse la veille, la Bourse de Paris s?inscrit en forte baisse pénalisée par des prises de bénéfices. Vers 13h00, le CAC 40 affiche un repli de 2,42 % à 3.186,94 points.

La fébrilité est de mise sur le marché parisien. Il faut dire qu?après quatre séances de hausse ayant permis au CAC 40 de rebondir de près de 5,80 %, les investisseurs sont tentés de prendre leurs bénéfices. Déjà la veille, cette tendance avait plombé le marché avant que la publication d?un indice ISM manufacturier américain meilleur que prévu ne permette un sursaut du marché en toute fin de séance.

Dans ce contexte, les opérateurs apparaissent particulièrement tendus dans l?attente du rapport mensuel sur l?emploi aux USA qui sera publié cet après-midi par le département américain du travail. Cet indicateur, l?un des plus surveillés par la communauté financière, est d?autant plus attendu que les derniers chiffres hebdomadaires du chômage sont repartis à la baisse. Si certains économistes comme Aurel BGC, anticipent des créations d?emplois « peu nombreuses mais positives », d?autres mettent en avant que de mauvais chiffres de l?emploi ne seraient pas forcément mal perçus puisque renforçant l?espoir d?une intervention de la Réserve fédérale grâce à l?arsenal de mesures dont faisaient état mercredi dernier la publication des minutes de la dernière réunion de la FED.

Autre facteur plaidant pour une consolidation du marché, le retour en force des inquiétudes liées à la crise de la dette souveraine et notamment le cas grec. Au terme du premier semestre le déficit public hellène est ressorti à 21 milliards d?euros, soit déjà largement supérieur à celui prévu pour l?ensemble de l?année (16 milliards d?euros).

Aux valeurs, aucune des composantes du CAC 40 n?est en progression. Plus forte chute, Schneider Electric décroche de 5,82 %. Afin d?augmenter la liquidité, et par décision du conseil d?administration le nominal du titre a été divisé par deux. Après une hausse de 5,5 % en quatre séances, le titre subit des prises de bénéfices.

Les valeurs cycliques figurent parmi les plus attaquées. Ainsi Peugeot abandonne 4,73 %, ArcelorMittal se replie de de 4,31%, Renault de 3,96 %, Saint Gobain de 3,55% .

Le secteur bancaire est également en fort repli. Crédit Agricole perd 4,37 %, Société Générale 3,22 %, BNP Paribas 2,76 % et Natixis 2,22 %. Selon une information du New York Times, les autorités américaines projettent de réclamer plusieurs milliards de dollars à plusieurs établissements au titre de dédommagements pour leur rôle dans la crise des subprimes.

Suez environnement plonge de 3,71 %. Le titre dont le cours a lourdement chuté depuis le début de l?été devrait sortir de l?indice phare de la place parisienne. La décision du conseil scientifique des indices devrait avoir lieu d?ici à ce soir, et être appliquée dès le 16 septembre. Selon Exane BNP Paribas, Safran devrait à cette occasion faire son entrée dans le CAC 40. Après avoir pris plus de 13 % sur les quatre dernières séances, l'action perd 2,12 %.

Pernod Ricard (-0,97 %) résiste à la tendance. Le titre est porté par ses résultats annuels publiés hier mais également par plusieurs relèvements de recommandation et d?objectifs de cours. Ainsi Deutsche Bank recommande dorénavant de conserver le titre contre « vendre » précédemment. De son côté, Nomura, toujours à l?achat, a passé son objectif de cours de 72 à 75 euros.

Hors CAC

Néopost (+9,98 %) est en tête du SBF 120. Lors de la présentation de ses résultats semestriels, la société a relevé sa prévision de chiffre d'affaires annuel pour la deuxième fois. Elle s'attend désormais à une croissance du chiffre d'affaires de 4% à 6% à taux de change constants en 2011 contre 3-5% auparavant.

Devise et pétrole

Sur le marché des changes, la monnaie unique poursuit son repli face au billet vert. Vers 13h00, un euro s?échangeait contre 1,426 dollar. Dans le même temps, les cours du brut étaient en baisse. Le Brent de la mer du Nord perdait 0,66 % à 113,53 dollars tandis que le WTI s?échangeait contre 87,99 dollars (-1,06 %)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :