Wall Street croit en l'Europe et finit en forte hausse

 |   |  485  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Wall Street a clôturé en nette hausse une séance instable lundi, dans l'espoir que les Européens parviennent finalement à faire le nécessaire pour réduire l'endettement grec et recapitaliser leurs banques.

Les indices ont atteint leurs plus hauts en toute fin de séance, en réaction à une information de la chaîne américaine CNBC selon laquelle des responsables européens envisagent de constituer un apport de fonds destiné à un fonds commun de créances (FCC, special purpose vehicle) qui émettrait des obligations et achèterait de la dette souveraine européenne.

Un peu auparavant dans la journée de lundi, des responsables de la zone euro avaient eux minimisé les spéculations sur des mesures pour diminuer de moitié la dette grecque et recapitaliser les banques européennes, soulignant qu'aucun schéma de ce type n'était encore sur la table.

Un porte-parole du gouvernement grec avait dit ainsi qu'Athènes n'avait pas discuté avec le Fonds monétaire international (FMI) et les autres pays de la zone euro d'un scénario impliquant une décote de 50% sur les titres de dette souveraine du pays.

Le ministre grec des Finances Evangelos Venizelos avait démenti lui des articles de presse selon lesquels une stratégie de défaut ordonné de la Grèce aurait été débattue lors de sa rencontre avec la directrice générale du FMI et le président de la Banque centrale européenne, dimanche soir à Washington.

Mais l'espoir européen a quand même permis à la Bourse de finalement passer outre une statistique immobilière défavorable. Les ventes de logements neufs ont baissé de 2,3% au mois d'août, après un recul de 0,3% en juillet (révisé de -0,7%), selon les chiffres publiés lundi par le département du Commerce.

L'indice Dow Jones a gagné 272,38 points (2,53%) à 11.043,86 et le S&P-500 26,52 points (2,33%) à 1.162,95. Le Nasdaq Composite a pris 33,46 points (1,35%) à 2.516,69.

Wall Street avait fini en hausse vendredi, après quatre séances baissières d'affilée. Le S&P 500 a perdu 6,6 la semaine dernière et le Dow a subi sa perte hebdomadaire la plus forte depuis octobre 2008, en plein coeur de la crise financière.

Les financières en particulier affichent une solide performance avec un indice KBW des bancaires qui a bondi de 5,3%. JPMorgan Chase a pris 7% et Citigroup pareillement.

Boeing a gagné 4,2%, en réaction au fait qu'il ait signé le contrat définitif du premier Dreamliner 787.

Berkshire Hathaway, la holding de Warren Buffett, affiche un gain de 8%. Celle-ci lancera un programme de rachat de titres, ce qui est sans précédent, en réaction aux plaintes de certains investisseurs qui jugent le titre sous-évalué.

Apple a fini en baisse de 0,28%, un analyste ayant déclaré que le fabricant de l'iPhone réduisait les commandes aux fournisseurs de pièces détachées pour sa tablette iPad.

JPMorgan Chase écrit dans une note d'étude asiatique que plusieurs fournisseurs ont laissé entendre ces deux dernières semaines qu'Apple avait abaissé ses prévisions de commandes d'iPad de 25% pour le quatrième trimestre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :