La Bourse de Paris se ressaisit

 |   |  696  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après sa dégringolade de la veille, la Bourse de Paris est longtemps restée indécise sur la direction à prendre avant de s'installer dans le vert à la faveur de l'ouverture positive de Wall Street et d'anticipations d'annonces d'un soutien à l'économie américaine par la Fed.

Après le vent de panique qui a soufflé hier sur les bourses européennes, l'inquiétude est restée palpable sur le marché parisien. L'évolution erratique du CAC 40 jusqu?à la mi-séance en témoigne. En progression à l'ouverture, l'indice parisien a effacé ses gains après des indicateurs décevants en zone euro. Mais l?ouverture en hausse de Wall Street en début d'après-midi et l?espoir d?annonces militant pour une politique monétaire accommodante de la Fed a permis à l?indice parisien de terminer sur un gain de 1,38% à 3.110,59 points.

La progression du marché parisien a donc eu bien du mal s'installer alors que les mauvaises nouvelles tendent à s'accumuler sur la zone euro. Les investisseurs ont dû, ce mercredi, digérer la publication des indices PMI des directeurs d'achat. Ces derniers ont montré que l'activité manufacturière a continué de se contracter en octobre dans la zone euro, avec pour la première fois depuis deux ans des signes de faiblesse de l'industrie allemande.

Une publication qui a rajouté au choc provoqué hier par l'annonce surprise du référendum grec, relançant la question d'une sortie de crise en zone euro. "Les scénarios les plus extrêmes, comme la sortie de la Grèce de la zone Euro, sont aujourd'hui possible. L'Europe doit se préparer à un défaut total de la Grèce sur sa dette", estime Aurel BGC.

Dans un climat électrique, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel devaient rencontrer vers 17h30 les dirigeants européens et du FMI pour préparer le sommet du G20 des 3 et 4 novembre. Une rencontre qui intervient concomitamment avec la réunion de politique monétaire de la Réserve Fédérale américaine (Fed) à l?issue de laquelle des nouvelles mesures de soutien à l'économie pourraient être annoncées. Selon le Wall-Street journal, la Fed devrait en effet réviser à la baisse ses anticipations de croissance aux Etats-Unis pour 2013 et confirmer sa prévision d?un taux de chômage élevé.

Pour l'heure, selon les chiffres de l'enquête mensuel ADP, les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont été supérieures aux attentes en octobre. Le mois dernier, 110.000 emplois ont été créés. Le marché en attendait 101.000.

Sur le front des valeurs

Les valeurs bancaires ont terminé la séance en ordre dispersé. Si BNP Paribas a grimpé de 3,94 % et Crédit agricole a avancé de 0,38 %, Société Générale s?est replié de 0,42 %.

Renault (+4,68%) a signé la plus forte progression. Le titre a bénéficié de l?annonce d?une hausse de 11,3 % des ventes de voitures neuves du constructeur automobile en septembre. Par ailleurs, Nissan, filiale à 44 % de Renault, a relevé ses objectifs annuels après avoir fait état d?un recul plus faible qu'attendu de son bénéfice d'exploitation trimestriel.

STMicroelectronics a pris 4,33 %. ST-Ericsson, la co-entreprise du français avec le suédois Ericsson, a été retenu par Nokia pour fournir ses prochains téléphones mobiles.

Alstom a avancé de 1,46 %. Le groupe a remporté un contrat de 550 millions de dollars (400 millions d'euros) concernant une centrale électrique en Irak.

Egalement parmi les autres valeurs bien orientées, les valeurs cycliques malmenées hier bénéficiaient d?achats à bon compte à l?image d?Alcatel Lucent (+3,10%), Schneider Electric (+2,39 %) ou encore ArcelorMittal (+1,98%).

A l?inverse, Suez Environnement a reculé de 1,19 %. Le titre a souffert de l'abaissement de la recommandation de Nomura de "acheter" à "neutre".

Hors CAC

Dassault Systemes a perdu 0,57%. HSBC a abaissé sa recommandation sur la valeur à neutre, contre surpondérer.

Altran (-2,71%) a annoncé mercredi la signature d'un protocole d'accord en vue de céder sa division de conseil en stratégie Arthur D. Little par le biais d'une revente à ses dirigeants, une opération qu'il espère boucler d'ici la fin de l'année.

Devise et Pétrole

La monnaie unique s?est reprise face au billet vert. A la clôture des marchés d'actions européens, un euro s?échangeait contre 1,374 dollar. Dans le même temps, les cours de l?or noir étaient bien orientés. Le baril de Brent gagnait 0,89 % à 110,51 dollars tandis que le WTI valait 93,01 dollars (+0,89 %)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :