Le CAC 40 en route vers une septième baisse consécutive

 |   |  654  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Subissant toujours la crise des dettes souveraines, le CAC 40 teste le seuil des 2.800 points dans un marché marqué par un volume d'affaires anémique.

Toujours miné par la crise des dettes en zone euro, la Bourse de Paris semble se diriger vers une septième séance de baisse consécutive. En hausse dans les premiers échanges, le CAC 40 a rapidement inversé la tendance et a franchi en baisse le seuil des 2.800 points avant de regagner un peu de terrain perdu pour afficher vers 13h00 un repli de 0,49% à 2.808,49 points. Conserver le seuil des 2.800 points - en dessous duquel l'indice n'a pas évolué depuis le 23 septembre dernier - va être l'objectif du jour.

"La crise de la dette souveraine en zone euro et l'avenir même de la monnaie unique reste la préoccupation première des opérateurs", indique Peter Stanhope, analyste chez IG Markets, pour qui " il apparaît de plus en plus que le chemin sera chaotique jusqu'à Noël".

Hier, à l'issu du mini-sommet entre Paris, Berlin et Rome, Angela Merkel a réaffirmé son opposition à toute modification du mandat de la BCE pour que l'institution de Francfort devienne, à l'instar de la Réserve fédérale américaine, le "prêteur en dernier ressort". Par ailleurs, la chancelière allemande s'est opposée à la mise en place d'euro-obligations (EuroBond).

Dans ce contexte d'inquiétudes quant à l'avenir de la zone euro, l'adjudication d'emprunts italiens de ce matin n'a pas été de nature à rassurer les investisseurs. Pour pouvoir placer 10 milliards d'euros à six mois et deux ans, l'Italie a dû accepter des rendements records. Le taux à six mois a grimpé à 6,504% contre 3,535 % lors de la dernière émission similaire. Dans le même temps,  les obligations à deux ans ont été adjugées à un rendement de 7,814% contre 4,628% lors d'une précédente adjudication du même type.

Par ailleurs, toujours sur le front de la dette, l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de la France, a confirmé vouloir lever entre 3 et 4,5 milliards d'euros de titres de dette à moyen et long terme lors de la dernière émission de l'année 2011 qui aura lieu le 1er décembre. Ces montants sont inférieurs aux émissions habituelles qui sont généralement d'au moins six milliards d'euros.

Dans ces circonstances, la séance risque d'être une nouvelle fois placée sous le signe de la volatilité. Probabilité d'autant plus importante que le volume d'échanges risque d'être faible en raison d'une mi-séance à Wall Street pour cause de "Black Friday".

Sur le front des valeurs

D'une forte sensibilité à la conjoncture, les valeurs cycliques signent les plus fortes baisses à l'image de Vallourec (-2,63 %), Peugeot (-2,45 %), Saint Gobain (-2,08 %) ou encore Schneider Electric (-1,57%).

France Télécom (-0,353 %) résiste. Deutsche Telekom pourrait envisager de sortir de la coentreprise Everything Everywhere au Royaume-Uni en cas d'échec du projet de vente à AT&T de T-Mobile USA, estiment certains investisseurs.

Plus forte progression du CAC en hausse, AXA prend 2,13%. Le titre bénéficie du relèvement de recommandation de Goldman Sachs. L'intermédiaire a intégré l'action dans sa liste des valeurs préférées et préconise dorénavant l'achat. Plusieurs sources proches du dossier ont indiqué à Reuters qu'Axa, Allianz et Covéa (qui regroupe Maaf, MMA et GMF) ont mandaté des conseils pour étudier des offres sur les activités non vie de Gan Assurances et sont considérés comme les enchérisseurs les plus probables.

Hors CAC

Orco Property Group plonge de 6,10%. Le groupe a annoncé jeudi soir une baisse de 45% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, à 117,4 millions d'euros. Le groupe de promotion immobilière affiche une perte de 39,6 millions sur la période.

Devise et Pétrole

La monnaie unique est en repli face au billet vert. Vers 13h, un euro s'échangeait contre 1,324 dollar. Dans le même temps, les prix du baril de pétrole reculaient. Le Brent de la Mer du Nord perdait 0,93 % à 106,78 dollars tandis que le WTI lâchait 1,67 % à 95,52 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2011 à 13:18 :
IrmaSachs a annoncé en début de semaine dernière le franchissement du seuil des 2950 pts vendredi dernier, c'est arrivé lundi à l'ouverture, et confirmé son pronostic de juillet soit un CAC entre 2800 et 2500 fin décembre. Elle avait déjà eu raison en annonçant début avril alors que le CAC était à plus de 4000 le franchissement des 3300 fin juin, ce qui s'est produit mi-juillet. J'attends avec une certaine impatience ses prévisions pour 2012.
a écrit le 25/11/2011 à 10:03 :
Il serait bon de préciser que le CAC est tombé sous les 2810 points soit son plus bas niveau depuis mars 2009, non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :