Les introductions en Bourse au repos

 |   |  545  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A Wall Street, pas une seule opération n'a été réalisée la semaine passée. Deux seulement sont programmées jusqu'à la fin de l'année.

Cela n'aura finalement été qu'un mirage, une légère euphorie retombée aussi vite qu'elle était montée. Un peu plus de trois semaines après l'arrivée de Groupon sur le Nasdaq, la fenêtre de tir pour les introductions en Bourse (IPO) semble à nouveau s'être refermée.

La faute évidemment à la déprime des marchés boursiers américains, qui restent sur sept séances consécutives de baisse et accusent un repli de 10 % depuis le 31 octobre. Pas une seule opération n'a ainsi été réalisée la semaine passée. Et seulement deux sont d'ores et déjà programmées jusqu'à la fin de l'année.

Les autres candidats à une IPO devront rapidement se décider : il leur faudra initier le processus final et lancer leur tournée des investisseurs ("road show") dès cette semaine afin d'arriver à temps, avant la trêve des confiseurs. Il n'y a pas si longtemps encore, la communauté financière tablait sur une quinzaine d'introductions en décembre. Un objectif qui semble aujourd'hui bien ambitieux.

Le 5 novembre pourtant, le sentiment était totalement différent. Pour son premier jour de cotation, l'action Groupon finissait sur un gain de 31 %, après avoir relevé au dernier moment son prix d'introduction. Une performance certes inférieure à celle enregistrée au printemps par Linkedin (+109 %) mais encore inespérée quelques semaines auparavant quand l'été meurtrier sur les marchés avait gelé quasiment tous les projets.

Entre août et octobre, seulement six sociétés avaient ainsi franchi le pas, levant à peine plus de 1 milliard de dollars, le plus petit montant sur trois mois depuis début 2009. Et 23 compagnies avaient décidé de reporter leur introduction, selon les décomptes de Renaissance Capital. Le succès de Groupon laissait donc entrevoir des jours meilleurs. "Quand les souscripteurs aperçoivent une fenêtre de tir comme cela, ils se précipitent même si elle n'est pas réellement ouverte", explique Scott Sweet de IPO Boutique. Il y a quinze jours, pas moins de 8 IPO ont ainsi eu lieu en une semaine, portant à 16 le total du mois de novembre.

Mais voilà, sur ces huit compagnies, seulement trois ont terminé leur premier jour de cotation dans le vert. Pourtant, cinq d'entre elles avaient fixé leur prix dans le bas, voire même en dessous de leur fourchette. À la clôture vendredi soir, 4 des 16 sociétés ayant fait leur entrée en Bourse depuis le début du mois évoluaient au-dessus de leur cours d'introduction. Autant affichaient une baisse à deux chiffres, dont Groupon. Le leader des coupons promotionnels sur Internet a plongé de 35 % la semaine dernière, sans information majeure susceptible de justifier un tel mouvement. Un symbole de la défiance nouvelle des marchés.

Avec plus de 200 entreprises prêtes à faire le grand saut, il suffirait cependant de peu pour relancer la dynamique. "Si la volatilité se poursuit, le mois de décembre pourrait être difficile. Mais il existe un espoir que l'éditeur de jeux vidéo sociaux Zynga casse cette tendance", avance Renaissance Capital. " Dès le premier signe d'amélioration, je crains que nous connaissions une semaine trop chargée en IPO pour un marché encore fragile", prévient pour sa part Scott Sweet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :