Le CAC 40 efface sa chute de la veille

 |   |  533  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Bien orienté après les résultats mitigés de l'adjudication italienne, le CAC 40 a amplifié sa progression après deux bonnes statistiques américaines et est revenu au dessus du seuil des 3.100 points.

Contrairement à la veille, l'orientation haussière du début de séance n'aura pas faibli ce jeudi à la Bourse de Paris. Après avoir bien résisté à une adjudication italienne mitigée, le CAC 40 a accentué ses gains à la faveur d'indicateurs américains de bonne facture. Au final, l'indice parisien a progressé de 1,84% à 3.127,56 points.

 

Une progression qui n'a pris corps qu'en milieu de journée, les rares investisseurs encore présents sur les marchés saluant une double surprise en provenance des Etats-Unis. Et tout d'abord le bond inattendu de 7,3 % de l'indice des promesses de vente de logements anciens. A 100,1 points en novembre, il atteint son plus haut niveau depuis 18 mois et permet d'anticiper une reprise du marché de l'immobilier américain. Par ailleurs, l'indice PMI des directeurs d'achats de la région de Chicago a reflué en décembre moins fortement qu'anticipé. Attendu à 61 points contre 62,6 points en novembre, l'indicateur est ressorti à 62,5 points.

Ces statistiques ont fait passer au second plan une adjudication italienne peu convaincante. Certes, Rome a placé pour plus de 7 milliards d'euros à 3,9 et 10 ans. Mais le trésor italien a dû concéder, notamment sur les titres de dettes à 10 ans, des taux proches de 7%. Un niveau qui reste très onéreux et considéré intenable. Ce d'autant plus qu'en 2012, l'Italie devra se refinancer à hauteur de 450 milliards d'euros, soit un peu plus du quart de son endettement total (1.900 milliards d'euros)

 

Sur le front des valeurs

Plus forte progression, Carrefour a bondi de 3,32% après sa chute de 2,17% la veille.

Dans un marché affecté par la situation en zone euro, les valeurs offrant un profil considéré comme défensif étaient à l'honneur. Ainsi GDF Suez a progressé de 3,32%, Unibail-Rodamco de 3,25% ou encore Vivendi de 2,44%.

Sanofi a gagné 1,90% alors qu'une analyse de 32 études cliniques parue aux Etats-Unis a conclu à l'inutilité de tests génétiques pour s'assurer que l'anti-coagulant Plavix, commercialisé par le français et le laboratoire américain Bristol-Myers Squibb, est efficace chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires.

Les valeurs bancaires, longtemps mal orientées, ont inversé la tendance en toute fin de séance. BNP Paribas a gagné 2,97%, Crédit Agricole et Société Générale 2,14%.

Seule valeur du CAC a terminer dans le rouge, Axa a rendu 1,13%

Hors CAC 40

Bolloré a avancé de 1,63%. Le Conseil constitutionnel a invalidé l'article 19 de la loi de finances 2012 qui créait une taxe s'appliquant à des cessions dans le secteur audiovisuel dès lors que celles-ci avaient été validées par le CSA. Cette nouvelle imposition devait notamment s'appliquer au groupe Bolloré pour la cession à Canal+ de ses chaînes de la TNT Direct 8 et Direct Star.

Devises et pétrole

L'euro n'a pas profité de l'émission obligataire italienne passant sous les 1,29 dollar et touchant en séance un plus bas depuis septembre 2010. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,291. Par ailleurs, la monnaie européenne qui est tombée à un plus bas de dix ans face au yen, valait dans le même temps 100,42 yen.

Pour les cours du brut, le baril de WTI s'échangeait contre 98,57 dollars (-0,80%) et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 106,50 dollars (-0,99%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :