L'éventualité d'une augmentation de la capacité financière du FMI stimule le CAC 40

 |   |  726  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Alors que la journée semblait placée sous le signe de la consolidation, des rumeurs relatives à une augmentation des ressources du FMI en vu a inversé la tendance. Reste que les statistiques et publications de résultats en provenance des Etats-Unis, cet après-midi, pourraient mettre à mal la bonne orientation du marché financier.

Après un bond de 2,30% en deux séances, la Bourse de Paris a dans un premier temps repris son souffle. Mais les déclarations de Christine Lagarde, directrice du FMI ont redonné espoir aux investisseurs quant à la capacité du Fonds Monétaire International pour doper l'économie mondiale. Après avoir perdu jusqu'à 1,02%, le CAC 40 gagnait vers 12h45 0,25% à 3.277,92 points.

 

Une rebond qui s'est opéré après que Christine Lagarde ait indiqué que le conseil d'administration du FMI a discuté mardi de l'augmentation des ressources du Fonds, et a appelé à des "efforts collectifs" pour contenir la crise de la dette européenne, soulignant le besoin de disposer de suffisamment de ressources pour résoudre les difficultés européennes. Selon des informations de l'agence Bloomberg, le FMI, qui dispose actuellement d'une capacité de prêt d'environ 350 milliards de dollars, envisagerait d'accroître ses ressources de 1.000 milliards de dollars. De quoi couvrir les besoins d'économies comme l'Espagne et l'Iatlie. Selon un document que s'est procuré Reuters en septembre, le FMI aurait en effet besoin de 850 milliards de dollars supplémentaires si ces économies venaient à avoir besoin d'une aide financière.

Mais si ces informations ont permis au marché de revenir en territoire positif, la tendance reste tout de même fragile. Les investisseurs attendent les publications des résultats annuels de plusieurs sociétés américaines, et notamment celles de Goldman Sachs et de Bank of New York Mellon. Ces publications seront d'autant plus suivies qu'hier Citigroup a déçue. Le bénéfice de la banque diminué de 11% au quatrième trimestre, en dessous des attentes, en raison la forte baisse de l'activité de marché.

 

En outre, sur le front des indicateurs macroéconomiques, de nombreuses statistiques sont attendues aux Etats-Unis. Seront particulièrement scrutés les prix à la production du mois de décembre et les chiffres de la production industrielle de novembre. Si selon Aurel BGC "les prix à la production ne devraient pas affecter le comportement des marchés, peu d'éléments surprenants étant à attendre de cette publication", il risque d'en être autrement de la production industrielle. Le courtier estime en effet que "sur le mois de décembre, le secteur utilities devrait peser sur l'indice d'ensemble. Les conditions météorologiques ont pesé sur la production d'électricité. Le dynamisme de la production industrielle, dans son ensemble, pourrait donc être inférieur aux attentes du consensus".

Sur le front de valeurs

Sur fond de regain d'optimisme après les déclarations de Christine Lagarde, les valeurs bancaires, jusqu'alors mal menées, sont en forte progression. Plus forte hausse de l'indice Société Générale prend 4,42%. Plus loin, Crédit Agricole avance de 2,56% tandis que BNP Paribas se bonifie de 0,63%.

STMicroelectronics (+3,42%) profite de la publication trimestrielle de son concurrent ASML.

Accor grimpe de 4,39% dans le sillage de la publication de son chiffre d'affaires annuel et la confirmation de son objectif de résultat d'exploitation.

EDF (+1,42%) profite d'informations de presse selon lesquelles les tarifs de l'électricité en France pourraient bondir de 30% d'ici à 2016.

A l'inverse, plus forte chute, Veolia Environnement lâche 3,65%. L'Union européenne a ouvert une enquête pour déterminer si Véolia et d'autres intervenant sur le marché français de l'eau ont coordonné leur comportement en violation des règles européennes.

Hors CAC

SEB (+1,09%) a indiqué vise une nouvelle progression de son résultat opérationnel en 2011, malgré le tassement de sa croissance intervenu au quatrième trimestre.

Gecina (+3,67%) a annoncé la cession de 444 millions d'euros d'actifs résidentiels et a dit être en négociation avancée sur la vente de deux actifs supplémentaires pour un montant cumulé de 55 millions d'euros, ce qui permettrait de réaliser l'intégralité de son objectif de 500 millions d'euros de cessions d'actifs résidentiels au premier semestre.

Publicis (-0,47%) poursuit ses emplettes dans le numérique en prenant le contrôle de l'agence française à forte croissance Mediagong, spécialisée dans la création et la stratégie digitale.

Devise et Pétrole

Sur le marché des changes, la monnaie unique avance face au billet vert. Vers 13h un euro s'échangeait contre 1,282 dollar. Dans le même temps, les prix du pétrole progressaient. Le baril de Brent de la Mer du Nord s'échangeait contre 111,79 dollars (-+0,20%) tandis que le WTI valait 101,50dollars (+0,54%)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2012 à 15:54 :
pourquoi remettre de l'argent au FMI pour lui redemander plus tard ?.!
a écrit le 18/01/2012 à 23:29 :
Des dollars? Ça n'existe plus le dollar, c'est le yen la monnaie américaine maintenant... Combien de temps les US vont rester à l?abri? Les agences de notation restent bien souples avec un pays dans une position au moins aussi inconfortable que l'Europe me semble t' il. Une reconnaissance éternelle aux GI qui se sont sacrifiés pour nous sur les plages normandes, mais aujourd'hui, je crois qu'il faut vraiment se demander si on joue dans le même camp... Elle a bon dos la dette européenne!!!
a écrit le 18/01/2012 à 12:28 :
après que n'est jamais suivi du subjonctif, choisissez l'indicatif. Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :