A la mi-journée, la Bourse de Paris reste en hausse mais ralentit (+0,12%)

 |   |  401  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
A 11h50, le CAC 40 prenait 4,16 points à 3.534,99 points, dans un volume d'échanges de 710 millions d'euros. La veille, il avait perdu 1,32%.

La Bourse de Paris restait en hausse mercredi à la mi-journée (+0,12%), mais ralentissait le rythme, dans une séance peu animée, avant la publication d'un indicateur américain sur l'immobilier.

A 11h50, le CAC 40 prenait 4,16 points à 3.534,99 points, dans un volume d'échanges de 710 millions d'euros. La veille, il avait perdu 1,32%.

Le marché parisien tentait de reprendre sa marche en avant, après deux journées de prises de bénéfices, sur fond d'inquiétudes quant à la croissance de la Chine. Auparavant, il avait enchaîné une série de huit séances de hausse.

Le CAC 40 perdait de l'élan au fil de la matinée, alors que les finances publiques du Royaume-Uni se sont nettement dégradées en février, à la surprise des économistes qui s'attendaient à une amélioration, selon des données publiées avant la présentation d'un budget de rigueur devant le Parlement.

Les investisseurs attendaient désormais la publication des reventes de logements aux Etats-Unis pour février.

"Les inquiétudes autour de la croissance chinoise pourraient se dissiper au profit d'indicateurs économiques sur le marché immobilier américain encourageants", soulignent les analystes de Saxo Banque.

De leur côté, les stratégistes de Crédit Mutuel-CIC estiment que "la publication des statistiques immobilières américaines aujourd'hui et vendredi (ventes de logements neufs, ndlr) constitue la prochaine étape de confirmation de la solidité de la reprise aux États-Unis".

Parmi les valeurs, les titres les plus dépendants de la conjoncture hésitaient sur la direction à suivre, à l'image de Saint Gobain (+0,38% à 35,79 euros) et ArcelorMittal (-0,22% à 15,55 euros).

Le secteur technologique profitait des bons résultats du groupe américain d'informatique Oracle, comme Capgemini (+2,42% à 33,88 euros) et STMicroelectronics (+0,16% à 6,15 euros).

Vivendi prenait 0,79% à 14,11 euros. Le fonds souverain du Qatar a pris, en plusieurs opérations menées depuis un an, une participation de 2% dans le groupe, selon un document officiel de Vivendi.

Pernod Ricard (+0,04% à 78,58 euros) était pénalisé par un abaissement de recommandation par UBS.

Seb prenait 0,53% à 62,39 euros. HSBC a entamé le suivi du titre avec une recommandation à "surpondérer".

Havas gagnait 2,52% à 4,14 euros, profitant d'un relèvement de recommandation par Exane-BNP Paribas.

Enfin, NicOx (+25,36% à 3,91 euros) s'envolait après avoir annoncé mercredi une prise de participation dans le britannique Altacor, avec option pour un rachat complet, une opération présentée comme une première étape de sa transformation en société internationale spécialisée en ophtalmologie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :