Le CAC 40 finit en forte baisse à cause du rapport décevant de l'emploi américain

 |   |  467  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Bourse de Paris a clôturé en forte baisse vendredi, dernière séance avant le second tour de l'élection présidentielle, pénalisée par des chiffres décevants sur l'emploi aux Etats-Unis qui alimentent les craintes d'un ralentissement de la première économie mondiale.

Le CAC 40 s'inquiète pour l'Amérique. Après la publication d'un rapport décevant sur l'emploi aux Etats-Unis, la Bourse de Paris craint un ralentissement de la première économie mondiale et a clôturé en forte baisse vendredi, pour la dernière séance avant le second tour de l'élection présidentielle.

L'indice CAC 40 a perdu 1,90%, repassant sous les 3.200 points à 3.161,97 points, dans un volume d'échanges de 3,400 milliards d'euros. Après une première partie de séance en baisse, le marché parisien s'est très brièvement hissé dans le vert en début d'après-midi avant de piquer du nez à la publication du rapport mensuel sur l'emploi américain, à l'instar de Wall Street.

Le chômage américain continue de baisse mais les embauches ralentissent

Le chômage a continué de baisser, à 8,1%, son niveau le plus faible depuis janvier 2009, une surprise puisque les attentes le donnaient à 8,2%. Mais la déception tient au ralentissement des embauches nettes pour le troisième mois d'affilée, à 115.000 emplois, moins que prévu par les analystes (162.000). "L'hiver doux avait encouragé les créations d'emplois dans certains secteurs comme la construction ou la restauration. Cet impact saisonnier a disparu aujourd'hui", commente Alexandre Baradez, analyste chez Saxo Banque. Pour Paul Ashworth, économiste chez Capital Economics, il s'agit d'une publication peu encourageante qui "augmente les craintes d'un net ralentissement de la reprise économique, comme ce qui avait eu lieu l'an dernier au même moment".

L'actualité en zone euro est restée plutôt calme, avant les échéances électorales de dimanche en Grèce et en France qui seront très surveillées. "Mais le climat reste très pesant pour les investisseurs avec une contestation grandissante même en Allemagne contre les politiques d'austérité qui ont tendance à étouffer la reprise et sont de moins en moins acceptées par les populations", relève M. Baradez. Le marché parisien a peu réagi après une contraction plus forte que prévu de l'activité du secteur privé en avril selon l'indice PMI, tandis que les ventes de détail ont progressé de 0,3% en volume en mars sur un mois.

Renault, Peugeot et EADS en baisse

Parmi les valeurs, le secteur cyclique a souffert du rapport sur l'emploi américain. Renault a perdu 4,76% à 32,49 euros, STMicroelectronics 4,46% à 4,14 euros et Peugeot 4,32% à 8,33 euros. EADS a cédé 3,34% à 29,53 euros alors que la compagnie australienne Qantas a reporté à 2016/2017 la réception de deux avions gros porteurs A380 d'Airbus livrables en 2013.

Legrand a clôturé en tête de la cote (+2,54% à 26,22 euros) après avoir enregistré des ventes en hausse au premier trimestre mais uniquement grâce à ses récentes acquisitions. En revanche, Alstom a reculé de 4,26% à 26,27 euros, victime de prises de bénéfices après la publication d'objectifs ambitieux pour les trois prochains exercices.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :