L'euro glisse sous les 1,30 $

 |   |  359  mots
(c) Copyright Reuters
(c) Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'indice d'activité manufacturière affiche son plus fort taux de repli depuis quatre mois en Europe. Conséquence: une baisse significative de la valeur de l'euro, sous la barre symbolique des 1,30$.

 

 

 La monnaie unique européenne reste engluée sous la barre symbolique des 1,30 dollars dans le sillage d'indices PMI européens décevants, en particulier pour la locomotive de la croissance européenne, l'Allemagne où le PMI bascule en contraction.
La devise européenne s'inscrit ainsi en nette baisse face à l'ensemble de ses contreparties et recule de 0,55% face au billet vert à 1,2990 dollar et abandonne près de 1% contre le yen pour s'échanger à 128,42 yens

Un repli de l'euro dû à la morosité des perspectives économiques. Car si l'indice PMI composite de l'activité de la zone euro reste inchangé en avril à 46,5 points, il reste d'une part inférieur au consensus qui tablait sur 46,7, et surtout, il signale la 19ème contraction mensuelle de l'activité globale sur les 20 derniers mois.

De plus, l'indice PMI qui mesure l'activité manufacturière affiche son plus fort taux de repli depuis quatre mois, tandis que le secteur des services enregistre un léger ralentissement de la contraction par rapport à mars.

Mais ce qui inquiète le plus les marchés, c'est le retour de la contraction en Allemagne (PMI de 48.8), ce qui laisse craindre que « le principal moteur de croissance de la région ne commence à se replier, entraînant le reste de la région dans son sillage alors que des contractions particulièrement fortes persistent en France, en Italie et en Espagne', souligne Chris Williamson, économiste en chef chez Markit.

La faiblesse persistante de l'économie de la zone euro relance les spéculations sur une éventuelle baisse du taux directeur (actuellement fixé à 0,75%), lors de la prochaine réunion mensuelle de la BCE le jeudi 2 mai. Or la perspective d'une baisse des taux pèse logiquement sur la devise européenne.

Enfin, l'euro est pénalisé par un regain d'aversion au risque alors que les nouvelles de Chine ne sont guères engageantes. L'indice manufacturier PMI est en effet ressorti à 50,5 points en Chine, contre 51,6 le mois précédent et 51,5 attendu par le consensus.
L'accélération de la croissance mondiale n'est donc pas pour tout de suite.
 

Plus d'information Bourse sur Monfinancier

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :