Les Bourses européennes en baisse, inquiètes avant le sommet européen

 |   |  334  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Paris a lâché 2,24% à 3.021,64 points. Les autres places européennes ont également reculé : Londres -1,14%, Francfort +2,09%, Milan -4,02% et Madrid -3,67%.

Les Bourses européennes ont  clôturé lundi en forte baisse, les marchés d'actifs risqués étant nerveux et inquiets à quelques jours d'un sommet européen censé apporter un début de réponse à la crise de la dette souveraine en zone euro.

Paris a lâché 2,24% à 3021,64 points dans un volume d'échanges étroit (2,7 milliards d'euro sur Nyse Euronext Paris). Londres a perdu 1,14%, Francfort 2,09%, Milan 4,02% et Madrid 3,67%. La Bourse d'Athènes a quant à elle accusé un recul de 6,84%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 2,37%. L'indice Stoxx des banques (-3,02%) a accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe, les financières étant fortement corrélées au aléas de la crise de la dette en zone euro.

"Il y a une grande nervosité sur le marché à l'approche du sommet européen de la fin de semaine. Il y a un gros consensus négatif sur le déroulé des opérations. Les investisseurs craignent que ce soit une nouvelle fois une déception", explique un analyste financier basé à Paris. Le rendement de l'emprunt d'Etat allemand (Bund) à 10 ans s'est légèrement détendu à 1,47% tandis que les rendements à 10 ans espagnol et italien se sont tendus de 30 points de base à 6,65% et à 6,02%. L'euro est tombé sous 1,25 dollar.

Bourse de Paris

A la clôture, l'indice CAC 40 a abandonné 69,26 points à 3.021,64 points, dans un volume d'échanges modeste de 2,67 milliards d'euros, témoignant de la prudence des opérateurs avant la rencontre européenne du 28 et 29 juin.Le marché parisien a évolué dans le rouge tout au long de la séance, mais a connu un décrochage à mi-journée anticipant une ouverture en baisse à Wall Street. De fait la Bourse de New York rattrapé par les préoccupations de la zone euro perdait plus de 1% vers 17H30.

Les banques, en première ligne dès que l'avenir de la zone euro est en jeu, ont été lourdement sanctionnées: BNP Paribas a perdu 5,51% à 27,78 euros, Crédit Agricole 4,66% à 3,19 euros et Société Générale 5,90% à 16,74 euros, Michelin (-3,61% à 46,58 euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2012 à 3:17 :
Hollande va y !
a écrit le 26/06/2012 à 3:17 :
J'ai comme l'impression que tellement les détenteurs voulaient se débarrasser de leur actifs que les brokers se sont démerdés à contribuer par je ne sais pas quel moyen afin que les indicateurs mettent en évidence un retournement haussier...perso je pense que ca va plonger sous la barre des 3000 et 1 jour avant la réponse à la demande de l'Espagne ca s'envolerait pour ensuite rebaisser comme aujourd'hui...LOL
a écrit le 25/06/2012 à 20:03 :
Hollande a quelques mois pour faire un Glass Steagall act strict ,après ce sera trop tard .S'il le fait il sera grand il rejoindra Roosevelt sinon le train fou ira jusqu'au mur.....comme en 1929........en pire tellement les circuits sont interconnectés , l'hyperinflation se déclenchera ....après Qe3, Qe4......les euro bonds c'est encore de la dette et le mur du credit crunch se rapproche très vite, écoutez Delamarche ou Jorion sur youtube pour comprendre pourquoi...l'argent est dans les "paradis fiscaux" ,ils seront ruinés en un jour par une loi d'une ligne:interdiction de tout échange avec eux ,retrait des licences des banques véreuses etc ....mais il faut d'abord un "glass steagall act " allez, encore un petit effort monsieur Hollande....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :