La Bourse de Paris en baisse avant la réunion de l'Eurogroupe (-0,37%)

 |   |  480  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Bourse de Paris était en baisse lundi à la mi-journée (-0,37%), à l'approche d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro, sur fond de vive tension des taux obligataires de l'Espagne et l'Italie.

A 11H48 (09H48 GMT), l'indice parisien perdait 11,71 points à 3.157,08 points, dans un volume d'échanges de 744 millions d'euros. Vendredi, il avait concédé 1,88%.
La place parisienne a ouvert sur une note stable avant de perdre du terrain au cours de la matinée, au moment où les taux d'emprunt espagnols et italiens grimpaient sur le marché obligataire.
Le taux à 10 ans de l'Espagne est repassé au-dessus de 7%, une première depuis le 19 juin, tandis que celui de l'Italie évolue au-delà de 6%.
"Les investisseurs restent encore sceptiques quant aux réelles avancées du sommet européen" de fin juin, résument les analystes chez Saxo Banque, alors que les effets bénéfiques de cette rencontre se sont désormais dissipés sur les marchés
C'est dans ce contexte que se tient dans l'après-midi une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, qui devrait aborder de nombreux sujets comme l'aide aux banques espagnoles, le plan grec et la supervision commune des banques.
"Si nous n'anticipons pas la finalisation de tous les points, il sera primordial d'apaiser les tensions apparues suite à l'accord et alimentées par les déclarations des pays du Nord de l'Europe", expliquent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.
Les investisseurs sont déjà prévenus que tout ne sera pas réglé lundi, puisque une nouvelle réunion de l'Eurogroupe devrait se tenir le 20 juillet.
Les marchés s'inquiétaient toujours par ailleurs du ralentissement de l'économie mondiale. En Chine, l'inflation est tombée en juin à 2,2% sur un an, avant les très attendus chiffres de la croissance en fin de semaine.
Enfin, si la journée est dépourvue d'indicateurs majeurs aux Etats-Unis, elle marque le lancement de la saison des résultats d'entreprises pour le deuxième trimestre, avec le producteur d'aluminium Alcoa (22H00).
Les valeurs bancaires, après un début de séance favorable, tiraient le marché parisien vers le bas. BNP Paribas perdait 1,06% à 28,89 euros, Crédit Agricole 0,98% à 3,44 euros et Société Générale 1,28% à 17,30 euros.
France Télécom (+0,59% à 10,24 euros) ne souffrait pas de la panne qui a fortement perturbé pendant plus de douze heures entre vendredi et samedi le réseau de téléphonie mobile d'Orange, au point de pousser l'opérateur télécoms historique à indemniser ses clients.
Areva prenait 4,88% à 10,53 euros. Le groupe, en partenariat avec des électriciens comme le chinois CGNPC, fera une offre de reprise pour Horizon Nuclear Power, la coentreprise des allemands EON et RWE dans le nucléaire au Royaume-Uni.
Rémy Cointreau perdait 1,31% à 88,25 euros après avoir annoncé être entré en négociations exclusives avec les actionnaires de distillerie écossaise Bruichladdich Distillery pour leur racheter la totalité du capital de leur entreprise.
Arkema (+2,11% à 60,53 euros) profitait d'un relèvement de recommandation de "sous-performer" à "neutre" par Exane-BNP Paribas.
Enfin, Aperam (-3,45% à 9,81 euros) souffrait d'une note défavorable du courtier Nomura.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :