La Bourse de Tokyo finit en hausse de 0,80%

L'indice Nikkei a gagné 68,80 points à 8.635,44 et le Topix, plus large, a pris 5,30 points (+0,73%) à 731,74.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,80% lundi, à un plus haut d'une semaine, soutenue par l'espoir de voir la Fed et la Banque centrale européenne prendre des mesures de soutien à l'économie. L'indice Nikkei a gagné 68,80 points à 8.635,44 et le Topix, plus large, a pris 5,30 points (+0,73%) à 731,74.

Les résultats solides de Fujifilm Holdings (+6,2%) et Konica Minolta Holdings (+5,77%) ont également contribué à la hausse du Nikkei, qui avait perdu plus de 5% depuis le début du mois sur fond de craintes pour la zone euro et pour la croissance mondiale. Les volumes d'échanges ont cependant été minces sur le Topix, à moins de 40% de leur moyenne des 90 derniers jours.

Les investisseurs jugent de plus en plus probables de nouvelles initiatives des grandes banques centrales pour soutenir la croissance, à l'approche des décisions de politique monétaire de la Fed (mercredi) et de la BCE (jeudi). Dans le cas de la BCE, des mesures permettant d'endiguer définitivement la crise de la dette de la zone euro sont attendues, surtout depuis les déclarations de Mario Draghi, président de la BCE, selon lesquelles cette dernière est "prête à faire tout ce qu'il faudra pour préserver l'euro".

L'annonce d'un ralentissement de la croissance aux Etats-Unis au deuxième trimestre, à 1,5% en rythme annualisé, a également conforté l'espoir de voir la Réserve fédérale s'engager dans un nouveau cycle d'achats d'obligations sur les marchés pour soutenir le crédit et l'activité. Du côté des indicateurs, la production industrielle du Japon a reculé contre toute attente en juin, pour le troisième mois d'affilée, signe que le ralentissement généralisé de la demande n'épargne pas la troisième économie mondiale. "Le marché japonais a pris en compte trop de mauvaises nouvelles sur le front de la crise européenne de la dette et sur l'économie mondiale. En ce sens, il a le potentiel pour rebondir", commente Ryota Sakagami, chef stratège pour SMBC Nikko Securities, qui s'attend à ce que l'indice Nikkei renoue avec les 9.000 points à la fin août.

Les valeurs des groupes japonais les plus dépendants du marché européen ont bénéficié des annonces de la fin de semaine. Konica Minolta a gagné 5,77% à 550 yens, Olympus 1,31% à 1.465 yens, Ricoh 1,74% à 527 yens, Bridgestone 2,83% à 1.779 yens. Fujifilm a connu une des plus fortes hausses du Nikkei (+6,20% à 1.388 yens) après avoir annoncé vendredi un bénéfice d'exploitation meilleur que prévu au premier trimestre 2012-2013. Nissan, qui a maintenu ses objectifs ambitieux pour l'exercice malgré un premier trimestre difficile, a pris 1,24% à 736 yens. Mitsubishi Motors a bondi de 4,17% à 75 yens. Le constructeur automobile a annoncé avant la clôture un bénéfice d'exploitation en hausse de 22% sur un an au premier trimestre, grâce aux compressions de coûts.

En revanche, Fujitsu a dégringolé de 12,46% à 295 yens. Le groupe d'informatique a fait état vendredi d'un creusement de ses pertes et d'un effritement de ses ventes au premier trimestre. Le fabriquant d'engins de chantier Komatsu (-1,82% à 1.731 yens) a été victime d'informations du quotidien Nikkei selon lesquelles il s'apprêterait à annoncer la première baisse de son bénéfice d'exploitation en dix trimestres en raison d'un recul de ses ventes en Chine.

3 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.