Les Bourses européennes s'envolent

 |  | 388 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Les Bourses européennes ont nettement rebondi vendredi à la clôture. Paris gagne 4,38%, Francfort progresse de 3,93% et Madrid s'envole de 6%. Londres enregistre quant à elle une hausse de 2%. L'indice du secteur bancaire à l'échelle européenne progresse de 5%.

Les Bourses européennes ont terminé en forte hausse vendredi et ont effacé leurs pertes de la veille, rassurées sur les perspectives d'une intervention des banques centrales et par des chiffres meilleurs qu'attendu sur l'emploi et l'activité dans le secteur des services aux Etats-Unis. L'indice du secteur bancaire à l'échelle européenne progresse de 5%.

Paris, Francfort et Madrid dopées par leurs valeurs bancaires

La Bourse de Paris s'est envolée 4,38% vendredi, encouragée par des chiffres sur l'emploi américain meilleurs que prévu, et après avoir révisé positivement son jugement sur les propos de la Banque centrale européenne, permettant aux banques de gagner 8 à 10%. Sur la semaine le CAC 40 s'adjuge 2,87%. Société Générale, BNP Paribas et Crédit agricole figurent en tête du palmarès de l'indice sur la séance, s'adjugeant respectivement 10,27%, 8,66% et 8,04%.

La Bourse de Francfort a clôturé vendredi sur un très fort rebond, effaçant largement ses pertes de jeudi, où la déception après la réunion de la BCE avait dominé. L'indice vedette Dax a fini en hausse de 3,93% à 6.865,66 points et le MDax des valeurs moyennes a pris 2,96% à 10.990,72 points. Deutsche Bank s'est envolé de 8,68% à 25,22 euros, après avoir perdu plus de 5% jeudi. Commerzbank a gagné 6,35% à 1,27 euro, Allianz 5,66% à 83,07 euros. Siemens a pris 6,16% à 72,55 euros et EON 4,33% à 17,58 euros.

La Bourse de Madrid s'est envolée vendredi, terminant sur un bond de 6%, portée par les chiffres de l'emploi américain mais aussi l'espoir d'une intervention sur le marché de la dette de la BCE. Santander, numéro un en zone euro par la capitalisation, a grimpé de 7,78% à 4,99 euros, BBVA a bondi de 8,26% à 5,349 euros et CaixaBank a gagné 5,11% à 2,673 euros. Bankia, dont le sauvetage annoncé en mai a précipité le plan d'aide européen pour le secteur financier espagnol, a gagné 3,70%, à 0,924 euro.

Londres rassuré par les chiffres de l'emploi américain

La Bourse de Londres a terminé en forte hausse de plus de 2% vendredi, après son recul de la veille, grâce à des chiffres de l'emploi meilleurs que prévu aux Etats-Unis. L'indice FTSE-100 des principales valeurs a gagné 124,98 points, soit 2,21% par rapport à la clôture de jeudi, à 5.787,28 points. L'assureur Aviva a gagné 7,15%. L'action de la banque Barclays a quant à elle enregistré une hausse de 6,41%. La Royal Bank of Scotland a pour sa part pris 3,54%.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2012 à 12:38 :
Il a pas marché sur l'eau Draghi, il a juste dit que la BCE un jour, peut-être... en fait rien, et pourtant les Bourses s'envolent de 3 à 6% en 1 jour. Est-ce qu'il y a moins de crise, est-ce que les entreprises vont mieux, est-ce que les banques financent mieux l'économie? Non. A qui profite donc une non-information qui a un tel pouvoir? Aux manipulateurs qui enfument tout le monde et prennent leur bénéfice au passage. Pour revenir à des pratiques plus saines, il va falloir en pendre quelques-uns, faire le ménage.
a écrit le 04/08/2012 à 0:00 :
Quand on voit les "primary dealers" tomber comme des mouches aux US, et Draghi qui pousse de toutes ses forces pour défaire le seul vérrou destiné en justement ne pas reproduire le couple infernal Trésor/Fed, et nos joyeux vendus au pouvoir applaudir des deux mains, cela présage un avenir bien sombre.
Personnellement, voir un Geithner venir nous donner des conseils me fait vomir.
Réponse de le 04/08/2012 à 11:04 :
Tout à fait d'accord sur les USA. En revanche, Draghi a préconisé l'inverse de ce que vous lui reprochez en s'opposant aux politiciens du sud de l'Europe, France comprise, soit l'inverse de la politique du couple Trésor/Fed. Alors ?
a écrit le 03/08/2012 à 20:34 :
il n'y a presque plus de particuliers qui jouent en bourse.ce genre de hausse n'est du qu'au débouclage de ventes a termes massives.autre raison:la future promesse d'argent gratuit pour les banques(et elles seules) de la part des banques centrales.elles peuvent jouer avec de l'argent qu'elles n'ont pas.et puis si elles perdent elles sont too big to fail,donc elles sont renflouées gratuitement
Réponse de le 04/08/2012 à 11:12 :
Jamais les PP n'ont provoqué de variation significative des cours.
a écrit le 03/08/2012 à 20:32 :
petite poussée de fièvre avant les vacances ,la rentrée risque d'être saignante avec une plongée des bourses européennes ,les actions sociales en préparation ne vont provoquer qu'une panique générale chez les financiers et investisseurs
a écrit le 03/08/2012 à 19:43 :
Tu fais de grosses marges en suivant Lee troupeau sur les bancaires
Réponse de le 04/08/2012 à 11:10 :
C'est le sort des PP depuis toujours de suivre le troupeau des gros.
a écrit le 03/08/2012 à 19:24 :
Un enieme rail de coke et ca repart comme si de rien n'etait. Faut etre inconscient pour "jouer" en bourse actuellement avec tous ces irresponsables qui se comportent comme un troupeau de gnous en transhumance. Attention, la falaise n'est plus tres loin ...
Réponse de le 04/08/2012 à 11:09 :
Etrange remarque : il n'y a pas eu un seul centime d'injecté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :