Les marchés portés par l'espoir d'une intervention européenne

 |   |  398  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Ce jeudi, à Paris, le CAC 40 gagnait ,91% à 3.480,49 points, à Francfort, le Dax allemand progressait de 0,71% à la clôture. Le Footsie britannique avançait modestement de 0,03%.

Les principales places boursières européennes se rapprochent de leur plus haut de 2012. A la clôture, ce jeudi, le CAC 40 gagnait 0,91% à 3.480,49 points. De son côté, l'indice de la Bourse de Francfort grimpait de 0,71%. Madrid gagnait même 4,05%. Le Footsie britannique finissait sur une note plus terne, en hausse de 0,03%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 grimpait de 0,33%. 

Espoirs d'intervention dans la zone euro

Les marchés continuent d'être portés par des espoirs d'interventions politiques contre la crise de la dette dans la zone euro et le ralentissement économique. En Espagne, le titre de Bankia a bondi de 16,56%, les investisseurs spéculant sur une aide européenne d'urgence. Selon des informations de presse jeudi, Bankia serait sur le point de recevoir une aide de 30 milliards d'euros provenant du fonds de 100 milliards d'euros obtenu par Madrid auprès de ses partenaires européens. L'ensemble des valeurs bancaires européennes, dont l'indice sectoriel a progressé de 1,59%, ont été recherchées, de même que les "utilities" (+,1,49%).

Des économistes pessimistes

Pas d'euphorie toutefois. Les perspectives européennes un certain nombre d'économistes se montrent pessimistes à l'égard de l'économie européenne. Selon l'enquête mensuelle Reuters publiée jeudi, ces derniers s'attendent à voir la zone euro s'enfoncer dans la récession au troisième trimestre. "L'absence de sortie claire ou de calendrier de sortie" de la crise de la dette est le principal frein à la consommation en même temps qu'elle décourage les entreprises d'investir et d'embaucher, remarque Ruben Segura-Cayuela, économiste chez Bank of America Merrill Lynch, interrogé par Reuters.

Euro et pétrole en hausse

Sur le marché des changes, l'euro s'est raffermi face à un dollar fragilisé par l'hypothèse d'un nouveau tour d'assouplissement monétaire (QE3) de la Réserve fédérale, montant en séance jusqu'à 1,2368, avant de se replier un peu. La monnaie unique a également gagné 1% face au yen.

Le Brent de mer du Nord et le brut léger américain ont également repris leur progression, au plus haut depuis trois mois, autour de 115 dollars et 95 dollars respectivement, toujours soutenus par les craintes de perturbation de la production au Proche-Orient et par une baisse des réserves aux Etats-Unis. La baisse programmée de la production en mer du Nord en septembre en raison d'opérations de maintenance sur des plateformes fait également peser une pression sur l'approvisionnement en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :