Accor : diviser pour mieux régner ?

 |   |  579  mots
Accor sépare ses activités de gestion de patrimoine immobilier et de gestion hôtelière, mais va également se réorganiser par zones géographiques et regrouper ses marques en trois segments : Luxe et haut de Gamme, Milieu de Gamme et Economique.
Accor sépare ses activités de gestion de patrimoine immobilier et de gestion hôtelière, mais va également se réorganiser par zones géographiques et regrouper ses marques en trois segments : "Luxe et haut de Gamme", "Milieu de Gamme" et "Economique". (Crédits : reuters.com)
Le groupe hôtelier Accor se lance dans une "nouvelle stratégie de croissance" et réorganise le groupe autour de deux pôles : gestion hôtelière et gestion du patrimoine immobilier. Les investisseurs doutent, et le titre signe la plus forte baisse du Cac40.

MonFinancier

 

Accor se lance dans un grand chantier, dans le cadre d'une "nouvelle stratégie de croissance pour une création de valeur durable." C'est également l'intitulé du communiqué de presse qui annonce le top départ de la nouvelle réorganisation du groupe hôtelier. Sébastien Bazin, le PDG d'Accor souhaite séparer la gestion des hôtels du groupe et celle de du patrimoine immobilier afin d'accélérer son développement.

Mais cette réorganisation suscite des questions, le titre accuse la plus forte baisse du CAC40 ce mercredi matin, les objectifs financiers liés à cette redistribution des cartes n'ont pas été annoncés.

Une nouvelle organisation

Dans le détail, Accor va s'articuler autour de deux pôles. Le premier, HotelServices, comprendra l'opérateur hôtelier et le franchiseur, avec un modèle économique centré sur la génération de redevances et sur l'optimisation du compte de résultat. Il aurait dégagé un chiffre d'affaires de 1,12 milliard d'euros et un excédent brut d'exploitation de 387 millions d'euros en 2012.

Le second, HotelInvest, sera propriétaire et investisseur hôtelier, avec un modèle économique visant l'amélioration du rendement des actifs et l'optimisation du bilan. Les 1.400 hôtels d'HotelInvest seront exploités par HotelServices via un contrat de gestion. Elle aurait réalisé l'année dernière un chiffre d'affaires de 5,12 milliards d'euros et un excédent brut d'exploitation de 531 millions d'euros.


Une stratégie immobilière disciplinée

Les deux pôles seront chacun dotés d'un comité exécutif, et chacun disposera de son propre reporting, avec compte de résultats, tableau de financement et bilan distinct. Les fonctions finance, ressources humaines, juridique et communication resteront au niveau central. Le groupe entend également se doter d'une stratégie immobilière hôtelière disciplinée, basée sur l'arrêt du développement en location et la fin des cessions d'hôtels en propriété, à l'exception des actifs structurellement sous-performant. Accor va également se réorganiser par zones géographiques et regrouper ses marques en trois segments : "Luxe et haut de Gamme", "Milieu de Gamme" et "Economique".

Le groupe sera dirigé par un comité exécutif renouvelé composé de 10 membres dont les 5 patrons opérationnels de zone, et Sven Boinet, qui rejoint Accor en tant que directeur général délégué, en charge de la transformation, des ressources humaines et du juridique.

 

Des niveaux d'activités solides en Europe

Accor a profité de cette annonce pour réaffirmer ses objectifs 2013 à savoir une rentabilité opérationnelle portée à 15% en 2016, contre 9,3% en 2012, et réduire sa dette retraitée de 2 milliards d'euros à cet horizon. L'hôtelier réaliser la moitié de son résultat opérationnel dans les pays émergents, contre 15% en 2011.

Accor entend poursuivre sa croissance et reste confiant pour la fin de l'année, grâce à des niveaux d'activité solides en Europe et au dynamisme des marchés émergents. Il a toutefois souligné, en octobre dernier, que 'les environnements contrastés observés depuis le début de l'année en Europe du sud, Australie et Chine se sont stabilisés au troisième trimestre mais restent fragiles." Le groupe envisage des tendances d'activité similaires pour le quatrième trimestre. Le groupe compte sur plan d'économies de 100 millions d'euros sur 2013-2014, pour atténuer la méforme du marché européen.

 

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

 

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :