Bercy doit revoir son budget

 |   |  324  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Après deux trimestres décevants sur la croissance française, plus personne ne croit à l'objectif, toujours officiel, de 2% de croissance visé par Bercy pour l'année 2018. Bercy va donc devoir abaisser sa prévision de croissance, et donc accélérer les économies s'il veut maintenir le déficit à 2,4% du PIB comme promis dans le programme de stabilité fourni à Bruxelles.

RÉVISION DE CROISSANCE
Après les chiffres décevants de la croissance française vendredi, la plupart des économistes ont abaissé leur prévision pour l'année. Le consensus des économistes se situe désormais entre 1,7% et 1,8% de croissance sur l'année. C'est aussi ce que prévoient l'Insee (1,7%) et la Banque de France (1,8%).
Le gouvernement doit faire de même et rabaisser ses prévisions.
Bruno Le Maire a bien essayé de nous enfumer en indiquant que Bercy maintenait sa prévision de croissance à 1,8%. Mais la prévision officielle de Bercy, celle indiquée dans le cadre du programme de stabilité envoyé fin avril à Bruxelles, s'établissait à 2%

IL FAUT RÉDUIRE LES DÉPENSES
Et si la France n'atteint pas les 2% de croissance cette année, elle risque de ne pas atteindre la barre de déficit public des 2,4% du PIB prévue dans le programme de stabilité. À moins d'accélérer le rythme des réductions de dépenses.
Or, pour l'instant, c'est le grand flou sur les économies. L'État doit déjà baisser la progression de la dépense publique à 0,4% en 2019 contre 0,7% en 2018. Et on ne sait toujours pas comment il compte s'y prendre pour atteindre cet objectif.
Un objectif qu'il va en plus falloir augmenter compte tenu de la baisse de la croissance...

ACCORD ET DÉSACCORDS
Y a-t-il vraiment eu un accord commercial la semaine dernière entre Jean-Claude Juncker et Donald Trump ?
L'accord avait été salué jeudi par...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2018 à 9:10 :
0,2 % pour le premier trimestre idem le second; cela fait 0,4 % en 6 mois; il reste donc 1,3 environ à faire en 6 mois pour faire 1,7 % soit 3 fois plus. est ce réaliste? la croissance 2018 n abt elle pas plus de probabilité à être autour de 1,3 ce qui représenterait un manque important pour boucler le budget 2018
a écrit le 30/07/2018 à 12:22 :
La publicité qui se déroule est en allemand, je tiens à le signaler parce que c'est encore plus repoussant que d'habitude !

"IL FAUT RÉDUIRE LES DÉPENSES"

Déjà si on arrive à faire sauter la milice privé du mac on devrait faire des économies non ?

"Trump a affirmé que les Européens s'étaient engagés à acheter, sans délai, davantage de soja aux fermiers américains. Juncker a répliqué que l'agriculture était en dehors de l'accord. "

On se demande vraiment lequel il faut croire ! :D

Vite un frexit !

"Seuls Renault et Peugeot ont réalisé d'excellents semestres. Ça paye de ne presque pas exporter..."

HUm là je ne suis pas vraiment d'accord, ce n'est pasl ogique puisque soit les véhicules se vendent soit non, les véhicules non taxés à l'import sont tous à la même enseigne, gros importateurs ou pas, du coup leur croissance reste quand même appréciable. ENcore si on enregistrait des chiffres catastrophiques on pourrait dire que les exportateurs sont impactés, là franchement c'est tiré par les cheveux votre démonstration qui n'en est pas une d'ailleurs.

"La vidéo d'une jeune femme harcelée dans la rue et frappée au visage enflamme les réseaux sociaux : un projet de loi doit être adopté en fin de semaine (coïncidence ?) "

Yen a marre de cette hypocrisie qui voudrait que le danger vienne de l'inconnu, de celui que l'on ne connait pas alors que ce qui tue les femmes en masse ce sont leurs conjoints, leurs "proches". UNe femme meure tous les trois jours sous les coups de son mari, il serait peut-être temps de se pencher sur le problème non.

Et c'est la même horreur pour les enfants victimes de meurtres ou de pédophilie, c'est dans la majorité des cas, des proches. Mais comment sémantiquement enseigner que le danger ne vient pas de l'inconnu, de l'autre, mais vient de son entourage, sa famille bien souvent mais également ses supérieur régulièrement ?

Énième limite de l'oligarchisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :