Croissance zéro ?

 |   |  329  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

La croissance européenne continue son ralentissement.

Selon l'indice Markit, un indice très suivi, on retrouve des niveaux d'activité au plus bas.

Depuis 2013.

Malgré des taux extrêmement négatifs et l'utilisation à outrance de la planche à billets.

À L'ARRÊT
La croissance européenne plonge.
L'activité manufacturière est à l'arrêt.
En cause, évidemment, la guerre commerciale.
Une guerre qui touche surtout la puissance exportatrice qu'est l'Allemagne.
Voilà pour le conjoncturel.
Mais ceux qui nous lisent savent depuis longtemps que les causes du ralentissement sont plus profondes et qu'elles sont structurelles.

LA FRANCE
surnage.
Son activité ralentit aussi selon les indices publiés.
Mais elle bénéficie, et c'est un autre paradoxe, d'une de ses faiblesses majeures : les exportations.
Les exportations françaises ne sont pas un moteur majeur de la croissance: en conséquence, quand le commerce mondial ralentit, nous sommes moins touchés. Privilège du cancre.
Rappelons que sur cette seule année 2019, l'Allemagne a vu sa production automobile chuter de 12% et ses exportations baisser de 14%.

LE VRAI MYSTÈRE
reste l'absence d'impact sur la reprise de la politique ultra-accommodante de la Banque centrale européenne.
Draghi le reconnaît.
Il a déclaré hier que l'économie européenne était confrontée à un "affaissement prolongé" qui n'était pas anticipé il y a encore quelques mois.

L'AUTRE MYSTÈRE
Le marché des changes.
Étonnamment calme.
Avec un tel différentiel de croissance et de taux d'intérêt entre les États-Unis et la zone euro, l'euro devrait plonger contre le dollar.
Il baisse certes, mais il ne plonge pas.
C'est troublant.

ÉTATS-UNIS: LOST
Quant à la croissance américaine, c'est le grand brouillard.
Et la grande versatilité.
Il y a encore quelques jours, le thème dominant c'était la récession.
Depuis ce week-end, on entend quelques voix, on les a entendues aussi dans l'émission C'est...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :