Des taux d'intérêt américains surprenants

 |   |  323  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Je suis très surpris par le niveau des taux d'intérêt aux États-Unis. Et quand on regarde les prévisions des spécialistes en début d'année, on imagine qu'ils ont été surpris aussi. 2017 devait être une année de hausse de taux.

TAUX À COURT TERME ET À LONG TERME
Court terme bien sûr avec la hausse des taux par la Banque centrale américaine. Mais sur les taux d'intérêt à long terme aussi. Pour une multitude de raisons, la vigueur de l'économie américaine, le plein-emploi, la réforme fiscale de Trump et l'impact sur la situation des entreprises et sur la croissance économique, et enfin la remontée des cours du pétrole. C'était écrit. Les taux long terme américains devaient remonter. Certains craignaient même qu'ils ne remontent trop brutalement.

PAS DE HAUSSE DES TAUX LONGS
Et finalement ça ne s'est pas produit. Le taux de référence pour les taux à long terme c'est le taux à 10 ans. Fin 2016 il était à 2.45%. Il est autour de 2.35%. 10 points en dessous. Il a même frôlé les 2% en septembre. On assiste d'ailleurs à un aplatissement de la courbe des taux, en clair un écart entre les taux courts et les taux longs qui se réduit. À un rythme qu'on n'avait pas vu depuis 2008. Mais en 2008 c'était la crise. Aujourd'hui ce n'est vraiment pas le cas. Si cet écart se réduit c'est évidemment d'abord parce que les taux courts remontent parce que les investisseurs anticipent de nouvelles hausses de taux par la Banque centrale, une en décembre mais d'autres qui pourraient suivre en 2018.

LE MYSTÈRE DES TAUX AMÉRICAINS
Ça explique la hausse des taux courts, mais pourquoi les taux longs ne suivent pas ? C'est tout le mystère. Évidemment une des raisons, c'est qu'aux États-Unis...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2017 à 16:05 :
En ce qui concerne les taux, le phénomène semble être déjà arrivé durant la période 2003-2006 (pas certain des dates, à vérifier). Alain Greenspan avait augmenté les taux courts d'environ 200 pb et les taux longs étaient restés constants.
A l'époque, tout le monde se posait des questions sur ce phénomène insolite et chacun avait sa réponse....
Cordialement
a écrit le 08/12/2017 à 13:55 :
P.S.: Ah oui j'ai oublié de comparer avec l'UE dont on arrête pas de dire qu'elle va relever les taux d'intérêts, que l'inflation arrive alors que sa situation économique est pire que celle des états unis.

On nous prend pour des gonds.
Réponse de le 11/12/2017 à 7:42 :
Parfaitement on nous prend pour des gonds. Qui comme chacun sait, est une espece de charniere. Ce n'est pres de se calmer, rassurez-vous.
a écrit le 08/12/2017 à 13:53 :
"L'autre raison c'est que le marché ne croit pas vraiment à une nouvelle accélération de la croissance américaine, même avec la baisse d'impôts."

Alors que comme vous dites les états unis ont une meilleure croissance que l'UE et un taux de chomage plus bas qui ne cesse de baisser d'ailleurs. Mais voilà les milliardaires américains font comme tous les milliardaires du monde ils n'investissent plus ils planquent leur fric dans les paradis fiscaux asphyxiant progressivement la croissance mondiale.

Tout le monde voit, tout le monde sait que c'est l'unique problème, que les richesses entassées, planquées ne profitent pas à l'économie, que ces gens là veulent que les états qui en sont les victimes, alimentent la machine économie pour que que eux entassent le pognon.

Les cabinets conseils financiers étant devenus totalement dégénérés sont incapables de faire comprendre aux propriétaires du monde qu'ils sont en train d'anéantir l'économie qui les a rendu si riches.

"Acquérir de la puissance cela se paie cher, la puissance abêtit." Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :