Etats-Unis-Chine : Le compte à rebours

 |   |  321  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

C'est le 30 novembre que Trump et Xi JinPing vont se retrouver au G20 de Buenos Aires.

La Chine tente d'accélérer les négociations en accordant des concessions mais personne ne sait encore ce que Trump a en tête.

Ce week-end, son vice président Mike Pence a fait des déclarations virulentes contre la Chine.

OU EN SOMMES NOUS ?
Si aucun accord n'est atteint, les Etats-Unis augmenteront les taxes sur 250 milliards de dollars d'importations chinoises. De 10% à 25%. Dès janvier 2019. Et Trump menace d'imposer des nouvelles taxes sur 267 milliards de dollars d'importations supplémentaires.

QUE VEUT TRUMP ?
C'est la grande inconnue.
Il a compris que la Chine allait rapidement dépasser les Etats-Unis et devenir la première puissance économique mondiale. Il sait qu'il ne peut pas renverser la tendance mais il veut tenter de freiner le mouvement.
Soit il pratique actuellement "the art of the deal", c'est-à-dire les menaces pour obtenir encore plus de concessions de la part de la Chine et il va les obtenir.
Soit le sujet n'est plus le deal sur les importations chinoises, mais une vraie guerre froide avec la Chine pour tenter de faire déraper sa croissance, récemment fragilisée.
Nous le saurons le 30 Novembre.

LES GILETS JAUNES
Ce qu'en disent les medias: c'était un semi-succès mais pas un raz de marée.
C'est un avertissement pour le gouvernement.
C'est le signe que personne dans l'opposition politique ni chez les syndicats n'est jugé représentatif par les Français qui sont en colère.
C'est également le signe qu'on ne peut plus raconter n'importe quoi, comme expliquer que la hausse des taxes sur les carburants est uniquement motivée par l'écologie.
Et enfin, et c'est peut être le plus important, l'expression d'un ras-le-bol fiscal.

POURQUOI?
Macron n'a pas profité de...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2018 à 14:42 :
"Nous le saurons le 30 Novembre."

Je pense que nous ne le saurons même pas à la fin du mandat de Trump, par contre dans les faits il aura énergiquement secoué la Chine, ce qui, aux yeux de tous les experts du monde mais il ne faut surtout pas le dire car nos mégas riches grâce aux chinois ont pu faire exploser leurs comptes en banque dans leurs paradis fiscaux, était plus que temps puisque la CHine a promis d'ouvrir son marché et de faire progresser la démocratie dans son pays depuis 30 ans mais voyant très bien que les riches de la planète profitant hypocritement de son dumping social ne diraient rien si les chinois reculaient ce qu'ils ont fait et ça jamais je ne l'ai entendu dans un seul média européen.

Jamais un seul de ces soldats néolibéraux n'a dit à la télé ce que j'ai appris au collège, je m'en souviens très bien même d'un débat organisé et déjà je disais au prof qu'ils prendraient le fric et ne feraient certainement rien, rien que dans cette phrase est souligné le problème principal de cette vieille europe en déclin.

CE que fait Trump est salutaire et si nous avions des analystes et économistes non compromis ils le diraient aussi du moins ils essaieraient moins de faire passer Trump pour fou et la Chine pour celle qui va sauver le monde.

"UNE CONSOLATION

Macron a été chaleureusement applaudi au Bundestag"

Heu... ?

"POUR L'INSTANT ELLE TIENT"

JE pense que ce spectacle de combats de coq n'est que du cinéma pour enfumer les technocrates européens qui ne comprennent rien à rien.

"81% des maisons à San Francisco valent plus de 1 million de dollars, la moyenne pour les Etats-Unis est ...de 4%."

Le temple des démocrates américains semble également le temple des inégalités. Étrange non ? Ne pourrait on pas enfin en profiter pour se débarrasser d'un raisonnement binaire ?

"La social-démocratie privatisée" https://www.monde-diplomatique.fr/1999/07/VIDAL_BENEYTO/3163

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :