L'euro, monnaie de réserve

 |   |  324  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

L'euro a largement bénéficié de la fébrilité des marchés. On avait l'habitude de voir le yen ou l'or monter en cas d'agitation sur les marchés, de voir les taux d'emprunt à long terme américains et allemands aussi baisser significativement. Les valeurs refuge classiques, les usual suspects...

L'EURO, VALEUR REFUGE ?
C'est ce qui s'est passé la semaine dernière. Assez largement. Mais cela fait plusieurs fois que le marché est un peu secoué et que l'euro en profite. Et même hier soir, malgré le rebond puissant de Wall Street, l'euro est resté accroché au-dessus des 1.24 dollar.

LES BANQUES CENTRALES ET L'EURO
Les investisseurs et les traders se reportent donc sur l'euro. Avec une crainte sur le dollar liée évidemment aux décisions un peu débridées de Trump en matière commerciale mais pas seulement. Selon Bloomberg, il y aurait un mouvement plus fondamental derrière cette hausse. Les banques centrales.
Les banques centrales envisageraient et auraient même commencé à rééquilibrer leurs réserves de change au profit de l'euro. Aujourd'hui près de 2/3 des réserves des banques centrales sont en dollars. La part de l'euro elle a largement baissé depuis la crise passant de 28% en 2009 à seulement 20% aujourd'hui. Rappelons que certains banques centrales comme l'Arabie Saoudite ou le Brésil détiennent peu ou pas du tout d'euros.

UN TOURNANT ?
Et cette part pourrait donc remonter. Si ça n'a pas déjà commencé. L'euro pourrait à nouveau être une alternative. Bien évidemment le dollar restera toujours la principale monnaie de réserve, encore longtemps, mais si la part de l'euro revenait seulement à ce qu'elle était il y a dix ans, on parle d'un potentiel d'appréciation significatif pour la monnaie unique. Une belle revanche. La zone euro est redevenue très attractive d'un point de vue économique pour les...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2018 à 11:19 :
C'est une très mauvaise nouvelle pour cette UE qui déjà n'avance pas et pour la France avec son abyssal déficit commercial, les prix de nos produits ne faisant que grimper à l'export.

L'UE, quoiqu'elle fasse, se retrouve systématiquement perdante, sauf pour les allemands bien entendu dont l'UE au final n'est qu'une extension.

Vite un frexit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :