La Bourse de Paris devrait essayer de se ressaisir

 |   |  769  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
La Bourse de Paris devrait ouvrir en hausse vendredi, tentant de profiter de la bonne orientation de Wall Street en fin de séance la veille, même si le contexte politique toujours incertain freine les ardeurs.

Le contrat à terme sur le CAC 40 prenait 0,86% une quarantaine de minutes avant l'ouverture de la séance. La veille, il avait fini en baisse de 0,60% à 4.598,61 points.

Wall Street a pour sa part réussi à progresser à l'issue d'une séance majoritairement négative et surtout très volatile.

"Les principaux indices américains ont effectivement fini en hausse hier soir dans un nouveau mouvement que seuls les marchés américains peuvent connaître", ont relevé les experts de Mirabaud Securities Genève.

"Le Dow Jones a en effet progressé de près de 900 (870) points entre le plus bas et le plus haut de la séance, c'est dire si la volatilité intra-séance était importante... C'est son plus grand come-back depuis 10 ans... Le Nasdaq est passé dans le vert à 2 minutes de la clôture!", ont-ils ajouté.

Selon eux, "les indices européens devraient ouvrir en hausse dans le sillage de la séance schizophrénique des marchés américains. Les investisseurs devraient néanmoins tenter de jouer le rebond technique avorté hier".

L'actualité devrait rester marquer par la poursuite de la paralysie partielle des administrations fédérales américaines, qui a mis des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage forcé, puisque les négociations entre démocrates et républicains pour mettre fin au "shutdown" n'ont de nouveau pas abouti jeudi.

Du côté des indicateurs, l'Allemagne doit publier ses chiffres d'inflation avant l'ouverture.

Le rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole aux États-Unis est attendu dans l'après-midi.

VALEURS A SUIVRE

Sequana : le groupe papetier a annoncé l'abandon de son projet visant à céder deux entités de sa filiale Arjowiggins à Fineska BV, en raison d'un contexte "extrêmement dégradé des conditions de marché".

CNP Assurances : l'assureur a annoncé l'acquisition par sa filiale de gestion de patrimoine de la plateforme de gestion Quality Insurance Services.

L'euro continue à s'apprécier face à un dollar

L'euro continuait vendredi sa progression face au dollar, dans un contexte d'incertitudes autour du budget américain et après une fin de séance spectaculaire à Wall Street, qui a finalement clôturé en hausse.

Vers 06H45 GMT (07H45 à Paris), l'euro s'échangeait à 1,1457 dollar pour un euro contre 1,1430 la veille à 22H00 GMT.

S'exprimant au sujet du mur que le chef d'État américain veut faire construire à la frontière mexicaine, l'analyste Kengo Suzuki (Mizuho Securities) a jugé que "si le président Trump s'obstine à vouloir l'obtenir, la fermeture de l'administration américaine pourrait se prolonger et avoir un impact négatif sur les marchés".

Les négociations jeudi entre démocrates et républicains autour du budget n'ont pas permis de mettre fin au "shutdown" (la paralysie partielle des administrations fédérales) aux États-Unis, repoussant une solution au début de la semaine prochaine dans le meilleur des cas.

Au cœur du blocage: le mur voulu par Donald Trump à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l'immigration clandestine.

Le président républicain exige cinq milliards de dollars pour le construire. Les démocrates refusent de le financer, mais ont proposé une enveloppe de plus d'un milliard pour d'autres mesures de sécurité à la frontière.

Jeudi, le dollar avait été par ailleurs lesté par le coup de mou initial des marchés américains, qui se sont repris de manière spectaculaire en fin de séance pour terminer en hausse.

Parmi les trois indices phares de la place new-yorkaise, le Dow Jones s'est adjugé 1,14%, le Nasdaq 0,38% et le S&P500 a engrangé 0,86%.

La veille, Wall Street avait enregistré sa meilleure séance depuis 2009.

Enfin, sur le front des indicateurs, la confiance des consommateurs américains s'est repliée en décembre pour le deuxième mois consécutif, au moment où les demandes hebdomadaires d'allocations chômage refluaient légèrement.

À 06H45 GMT vendredi, le dollar poursuivait sa baisse face au yen, à 110,55 yens pour un dollar contre 111,01 jeudi à 22H00 GMT. L'euro reculait également face à la devise japonaise, à 126,69 yens pour un euro contre 126,93 la veille.

La livre sterling se stabilisait face à l'euro (90,44 pence contre 90,41 pence pour un euro jeudi soir), tandis qu'elle se renforçait face au dollar (1,2668 dollar pour un dollar contre 1,2644).

Le franc suisse progressait modestement face à l'euro (1,1281 franc pour un euro contre 1,1292) ainsi que face au dollar (0,9846 franc pour un dollar contre 0,9880 jeudi).

La monnaie chinoise s'est appréciée par rapport à la devise américaine à 6,8532 yuans pour un dollar contre 6,8663 yuans jeudi à 15H30 GMT.

L'once d'or valait 1.280,41 dollars contre 1.275,68 jeudi.

Enfin, le bitcoin s'échangeait à 3.593,00 dollars contre 3.585,43 jeudi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2018 à 10:36 :
"La Bourse de Paris devrait ouvrir en hausse vendredi, tentant de profiter de la bonne orientation de Wall Street"

Une phrase sémantiquement fausse puisque soit c'est la bourse de Paris qui va faire l'effort soit elle ne va faire comme d'habitude que suivre et dans ce cas elle n'en fait aucun effort, suivre c'est se reposer.

Aucun lien de cause à effet là dedans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :