La Chine, toujours la Chine et encore la Chine

 |   |  387  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

Aucun doute sur le sujet. Comme en 2015, la Chine va être une des trois ou 4 grandes thématiques de l'année sur les marchés. On va y avoir droit tous les jours ou presque. Et c'est impressionnant de se rendre compte, si on prend un peu de recul, à quel point personne ne comprend rien à l'économie chinoise et à quel point personne ne sait exactement ce qu'il se passe là-bas.

DE LA SINO-BÉATITUDE À LA SINO-PANIQUE

On entend tout et n'importe quoi. Les Chinois nous ont raconté une histoire qu'on a tous avalée pendant 10 ans, celle d'une croissance de 10% alimentée par des exportations et celle de réserves de change colossales qui lui permettraient de s'acheter une partie du monde. On s'est aperçu que cette croissance était en partie factice, et artificiellement gonflée par des surinvestissements bidon et des dettes colossales.Mais l'histoire maintenant est différente: depuis la crise de 2008, la nouvelle histoire c'est la transition d'une économie d'exportations et de surinvestissement public vers une économie de consommation avec l'émergence d'une énorme classe moyenne. Seulement voilà, on ne change pas d'histoire sans période de transition. Et cette période de transition a l'air de durer tellement qu'elle a fini par inquiéter même les plus addicts à la sino-béatitude.

LA QUESTION A UN MILLIARD DE YUANS

Et maintenant tout le monde se pose une seule et même question : la Chine a-t-elle la capacité de gérer son ralentissement économique ou va-t-elle continuer son dérapage de plus en plus incontrôlé ? Grande question de l'année 2016.

Et pas de réponse claire puisqu'on n'a aucune idée des chiffres économiques réels chinois, ni des vrais chiffres d'endettement direct ou indirect de l'état et des banques. Mais je vais vous surprendre. Après plus de dix ans de pessimisme sur la Chine, je commence à changer d'avis. La bonne nouvelle en Chine c'est que le gouvernement a décidé depuis quelques années d'arrêter sa course délirante à la croissance à tout prix et a opté pour une croissance plus modéré mais beaucoup plus solide et beaucoup plus pérenne. C'est certes long et douloureux mais c'est sain. La...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :