La polémique du jour, de la semaine et du mois

 |   |  333  mots
Marc Fiorentino.
Marc Fiorentino. (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

On n'a pas fini de parler de la hausse des prix du carburant.

C'est devenu LE sujet d'ouverture de tous les JT et la une de tous les journaux.

Essayons, le plus objectivement possible (ça ne va pas être simple), de faire le point.

COMMENÇONS PAR LE DÉBUT
Les prix à la pompe de l'essence et du gazole sont déterminés en fonction du coût du pétrole brut, des coûts de production et de distribution du carburant, et des taxes. Ces taxes représentent en France environ 60% du prix des carburants.

LA HAUSSE DES PRIX DU CARBURANT
Le gouvernement a justifié la hausse des prix du carburant par la hausse des cours du pétrole.
Quand on parle de prix du pétrole, on fait référence soit au cours du brent, soit au cours du brut américain. Ce cours est exprimé en dollars. Il faut le convertir en euros pour obtenir le cours du pétrole pris en compte pour le calcul des prix du carburant.

PETIT PROBLÈME
Le cours du pétrole a chuté.
Prenons le brut par exemple.
Il est passé de 76.9 $ le baril cet été à 61.74$ très exactement ce matin.
Soit 20% de baisse.
Et l'euro a été relativement stable sur la même période.
Même si on sait qu'il faut un délai pour que la baisse soit répercutée sur le prix de l'essence, cela va quand même être difficile d'expliquer la hausse des prix de l'essence par la hausse des cours du pétrole...
Voilà, j'espère que j'ai été clair.

LA GUERRE A COMMENCÉ
Trump n'a pas attendu.
À peine les bulletins de vote dépouillés, il a attaqué les démocrates.
Il les a menacés.
S'ils adoptent une "warlike posture", il répliquera. Violemment.
De leur côté, les démocrates, majoritaires à la Chambre des...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2018 à 13:14 :
"ET LES MARCHÉS APPLAUDISSENT LE GRIDLOCK"

La finance est conservatrice et réactionnaire de nature, compter sur elle pour investir intelligemment n'est soit que pure folie soit totale compromission.
a écrit le 08/11/2018 à 11:26 :
En station, me semble que les hausses sont appliquées de suite, mais les baisses quand les cuves sont vides et doivent être remplies. 'Petit' avantage accordé aux distributeurs de carburants, l'essence ça s'évapore, il faut compenser de façon indirecte.
Y a quoi comme délais ? Un mois, deux, entre l'achat de pétrole au prix courant, chargement du pétrolier, trans port, raffinage, ... et l'arrivée en pompe ? Des stocks achetés à 'pas cher' ne sont-ils pas écoulés au prix courant, avant de les refaire au prix nouveau plus bas ? GDF faisait ça (parait-il) avec le gaz au prix du marché, stockage sous-terrain l'été mais la différence de prix été / hiver s'est atténuée, ça n'est plus rentable, parait-il. Le flux tendu évite les investissements, achats anticipés moins valorisables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :