Le bazar turc

 |   |  339  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Le conflit commercial sino-américain et les 1.000 milliards d'Apple éclipsent quelque peu la déroute de la livre turque. Depuis le début de l'année, la devise du pays a concédé près de 25%... Les décisions politiques, une inflation galopante et le ton offensif de la Fed, sont autant d'ingrédients d'un cocktail explosif qui a envoyé la livre sur de nouveaux plus bas historiques à 0,20 dollar.

UNE INFLATION GALOPANTE

La Turquie doit composer avec l'emballement de l'inflation. En juin, l'indice des prix a flambé à 15,4% en rythme annuel. Un niveau inédit en 15 ans. Certes, on est très loin des 1.000.000% prévus pour 2018 du Venezuela. Mais la situation reste quand même critique. En cause, la flambée des prix du carburant, le pays étant gourmand en or noir, et des denrées alimentaires. Un dernier point qui n'est pas pour arranger les affaires du gouvernement. Pire encore, la banque centrale turque a révisé à la hausse ses prévisions d'inflation pour 2018, estimant qu'elle serait de 13,4% à la fin de l'année, contre une précédente prévision de 8,4%. Une hausse des taux d'intérêt serait la bienvenue pour amortir le choc. Pour l'instant, Recep Tayyip Erdogan, qui se décrit lui-même comme un "ennemi" des taux d'intérêt, rejette l'idée...

EFFET CISEAU

Les décisions politiques ne sont pas neutres sur la devise d'un pays. "Si je gagne les élections, je prendrai le contrôle de la Banque centrale et de la politique monétaire". Cette déclaration d'Erdogan en juin dernier, n'a vraiment pas été appréciée des investisseurs. Depuis, la confiance des marchés fait encore défaut avec une livre turque qui a chuté de plus de 25%. Fin juillet, la banque centrale turque a maintenu son taux directeur... A côté, la livre, comme d'autres monnaies émergentes, fait les frais de la politique monétaire restrictive de la Fed.

ATTENTION...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2018 à 17:57 :
Augmenter les taux pour lutter contre la dépréciation de la monnaie, et donc contre l’inflation importée est une stratégie dangereuse dans un pays comme la Turquie où l’endettement des agents privés est a taux variable dans le meilleur des cas ou en dollars dans le pire des cas.
Clairement la croissance va être cassée et une crise financière risque d’arriver si ce cercle vicieux s’installe dans l’économie turc.
Cette situation semble inévitable.
Pour éviter une crise de grande ampleur, il aurait fallu depuis quelques années, orienter l’économie vers une économie de production et de la connaissance au lieu de tout miser sur la construction. Un développement plus équilibré aurait atténué les conséquences d’une crise qui s’annonce de grande ampleur
a écrit le 03/08/2018 à 15:49 :
""Si je gagne les élections, je prendrai le contrôle de la Banque centrale et de la politique monétaire""

ET il ne l'a toujours pas fait donc. En effet c'était vraiment stupide de l'annoncer si en plus c'est pour au final s'écraser. Il ne démontre pas de puissance politique là, juste un vulgaire bonimenteur politicien.

"Amazon devra donc envoyer quelques colis supplémentaires pour ne pas être distancé par Apple."

Bah, Amzon vend les téléphones Apple qui ont tous l’application Amazon donc au final on ne voit pas pourquoi les deux se concurrenceraient, les GAFAM ont intérêt d'abord et avant tout à se serrer les coudes.

"APPLE = DIX BOITES DU CAC Apple = LVMH + Total + L'Oréal + Sanofi + BNP + Kering + Hermès + AXA + Vinci. "

Ouhaou... On se demande pourquoi on saigne les citoyens français pour leurs multinationales minables hein au final. Désespérant que nos propriétaires de capitaux et d'outils de production soient aussi peu ambitieux.

"Gare à la sortie de route si les promesses ne sont pas tenues"

JE l'adore celle-là: "si vous avez un découvert de 100 euros à la banque c'est votre problème mais si vous avez un découvert de 100 millions d'euros à la banque alors là c'est le problème de la banque". Bravo à Musk quand même, sacré équilibriste.

"retrouver de la rationalité"

La Chine nous fatigue, elle n'a tenue aucune de ses promesses à savoir infuser un minimum de démocratie dans son régime, or je crois bien que la seul réforme qu'ils aient fait en ce sens c'est que ce ne seront plus les familles des exécutés à mort qui rembourseront les balles mais l’État chinois, on est vraiment impressionné par un tel humanisme ! Son marché émergent devait compenser le marché plongeant des européens extorqués par le néolibéralisme, or là non plus nous n'y sommes pas et enfin la chine récemment n'arrête pas de dire qu'elle lutte contre la pollution mais se sert surtout de ce prétexte pour diminuer les pouvoirs locaux ("En Chine, la ligne rouge du virage vert" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/07/PITRON/57676 (gratuit))

Bref la chine, intelligemment il faut bien le dire quand même, a profité du néolibéralisme pour se répandre grâce à sa puissance politique contre des aliénés c'était facile mais il est dorénavant flagrant de constater qu'elle est allée beaucoup trop loin et que la compromission néolibérale entre politiciens et hommes d'affaires lui a donné une importance qu'elle n'aurait jamais du avoir.

Trump n'y peut rien si la plupart des chefs d'états occidentaux sont des benêts corrompus hein...

"Au Japon, une école de médecine est accusée d'avoir délibérément baissé les notes d'étudiantes"

Et nous sommes au troisième millénaire... Au secours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :