Le mystère du Livret A

 |   |  322  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

Les Français sont parmi les champions du monde de l'épargne.

Que la période soit faste, ou difficile, les Français épargnent.

C'est dans leur ADN.

Avec une constante : l'aversion au risque.

Et le score du Livret A en 2018 en est la preuve.

FASCINANT
12.7 milliards d'euros.
C'est le montant que les Français ont placé dans le Livret A et le livret de développement durable et solidaire en 2018.
Un nouveau record depuis 2013.
10.1 milliards d'euros pour le seul Livret A.
Avec un nouvel encours-record : 284 milliards €.

RENDEMENT ET COLLECTE
Le rendement du Livret A a fortement baissé.
0.75%
Mais l'inflation, elle, a progressé.
1.8%.
Donc un rendement négatif de 1% par an.
Cela ne vous empêche pas de vous ruer sur ce placement.

IL Y A PIRE
Je le dis et le répète ici.
Plus que l'aberration du Livret A, il y a l'aberration des comptes courants.
Près de 500 milliards € dorment sur vos comptes sans AUCUNE rémunération.
Un manque à gagner colossal.
Le compte courant est devenu un des "placements" préférés des Français.
Délirant.

L'ALTERNATIVE
On le dit et on le répète ici.
Prenez cette résolution pour 2019.
Ne laissez pas votre argent dormir sans AUCUNE rémunération sur votre compte bancaire.
Ne laissez pas trop d'argent dormir en rapportant moins que l'inflation sur votre Livret A.
Les fonds euros d'assurance-vie peuvent encore rapporter plus de 2%.
Pourquoi ce gâchis?
Augmenter immédiatement votre pouvoir d'achat.
Un thème à la mode.
Découvrez notre palmarès des meilleurs fonds en euros

UNE AUTRE SURPRISE
Les investisseurs internationaux peuvent être aussi surprenants que les épargnants français.
Malgré l'état, inquiétant, de l'Europe, les investisseurs se précipitent sur les dettes des pays européens.
La semaine dernière c'était l'Italie avec...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2019 à 16:52 :
Votre étonnement devant la préférence des français pour les livrets fiscalisés et les CC est … stupéfiant. Les chiffres parlent pourtant d'eux-mêmes : 1. Quelqu'un qui a placé 100.000 euros sur une assurance vie le 1/1/2018, se retrouve un an après avec un intérêt net d'environ 1.400 € et une perte en capital de 12.000 €. Il a donc effectivement perdu 10.600 €, soit un intérêt négatif de - 10.6 %, bien pire que l'inflation ! 2. Le mythe de la bourse toujours gagnante à long terme est archi-faux. Le CAC est aujourd'hui 36 % au dessous de ce qu'il était il y a 19 ans. En outre, ce mythe néglige le fait que l'indice élimine les entreprises dont la capitalisation boursière s'est effondrée, les actionnaires ruinés sont ainsi "gommés". 3. L'information est la condition essentielle d'un profit durable en bourse. Or rien n'est aussi mal partagé. Malheur aux moins informés. 4. Enfin, même les intérêts nets d'impots ne sont pas complètement défiscalisés. On les retrouve dans le fameux "Revenu fiscal de référence" qui entre de plus en plus dans le calcul d'autres impots (comme par exemple la taxe d'habitation). Dans ces conditions, la meilleure stratégie de rendement consiste à réduire sa consommation et à verser l'argent correspondant sur un livret défiscalisé. La sous-consommation contrarie l'inflation et augmente d'autant le rendement des livrets dont l'intérêt a été stupidement fixé. L'épargnant trouve aussi le réconfort de se croire plus riche donc plus à l'abri des aléas économiques.
a écrit le 24/01/2019 à 16:44 :
Votre étonnement devant la préférence des français pour les livrets fiscalisés et les CC est … stupéfiante.
Les chiffres parlent pourtant d'eux-mêmes :
1. Quelqu'un qui a placé 100.000 euros sur une assurance vie le 1/1/2018, se retrouve un an après avec un intérêt net d'environ 1.400 € et une perte en capital de 12.000 €. Il a donc effectivement perdu 10.600 €, soit un intérêt négatif de - 10.6 %, bien pire que l'inflation !
2. Le mythe de la bourse toujours gagnante à long terme est archi-faux. Le CAC est aujourd'hui 36 % au dessous de ce qu'il était il y a 19 ans. En outre, ce mythe néglige le fait que l'indice élimine les entreprises dont la capitalisation boursière s'est effondrée, les actionnaires ruinés sont ainsi "gommés".
3. L'information est la condition essentielle d'un profit durable en bourse. Or rien n'est aussi mal partagé. Malheur aux moins informés.
4. Enfin, même les intérêts nets d'impots ne sont pas complètement défiscalisés. On les retrouve dans le fameux "Revenu fiscal de référence" qui entre de plus en plus dans le calcul d'autres impots (comme par exemple la taxe d'habitation).

Dans ces conditions, la meilleure stratégie de rendement consiste à réduire sa consommation et à verser l'argent correspondant sur un livret défiscalisé. La sous-consommation contrarie l'inflation et augmente d'autant le rendement des livrets dont l'intérêt a été stupidement fixé. L'épargnant trouve aussi le réconfort de se croire plus riche donc plus à l'abri des aléas économiques.
a écrit le 24/01/2019 à 10:15 :
500 milliards € dorment sur vos comptes pour 67 millions de français (ayant chacun son compte bancaire) ça fait 7500€, sans doute pas généralisé, une famille avec deux enfants, ça ferait 15 000 € qui dorment.
Quelqu'un disait que c'est calculé de façon indirecte mais qu'on ne peut donc pas donner de valeur médiane pour tout cet argent.
Sais plus le taux de découvert bancaire en fin de mois. A voir si prélevé le 30 sur salaire et non le 16 sur compte bancaire arrangera ou pas les choses.
A voir aussi si c'est en permanence ou à un instant t (quand j'ai acheté ma maison, pour faire le chèque de banque, il a fallu transférer la somme d'épargnes sur le compte bancaire pour payer via le notaire, mais ça n'a pas stagné très longtemps).
a écrit le 24/01/2019 à 10:12 :
Trop de censure tue la lecture.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :