Les dindons de la farce

 |   |  338  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

En cette journée de Thanksgiving une pensée pour tous ceux qui se font plumer.

Et vous en connaissez autour de vous, à commencer par vous d'ailleurs.

UNE PENSÉE
pour les automobilistes français, pour les 45% de ménages français qui paient 100% de l'impôt sur le revenu, pour ceux qui ont cru au mirage du bitcoin, pour ceux qui ont cru que les arbres de la Bourse pouvaient monter jusqu'au ciel, pour les Français qui sont en tête du classement de Forbes des pays les plus taxés au monde parce qu'aucun gouvernement n'a eu le courage de réduire les dépenses publiques...

POUR...
les Anglais qui ont cru que le Brexit étaient une bonne idée, pour ceux qui ne s'absentent jamais alors que l'absentéisme coûte plus de 100 milliards d'euros par an en France, pour ceux qui vont acheter demain des choses dont ils n'ont absolument pas besoin sous prétexte que c'est le Black Friday, pour ceux qui ont acheté les livres de Hollande et de Ségolène Royal, pour les Grecs, les Espagnols et les Portugais qui ont dû subir une austérité sans précédent parce que les gouvernements précédents ont été nuls, pour (à vous de compléter...). Happy thanksgiving!

LE BUDGET ITALIEN
a été rejeté.
C'est officiel.
Décision de la Commission Européenne.
Et c'est une première.
Que dit le gouvernement italien? "Rien à foutre".
Au contraire. C'est du pain bénit pour un gouvernement qui veut prouver qu'il défend l'intérêt des Italiens contre les "technocrates de Bruxelles".
Que risque l'Italie ? En théorie une amende. En réalité, rien. Il faudra des années pour que cette amende soit décidée et elle ne sera jamais payée.

LE VRAI RISQUE POUR L'ITALIE
c'est la perte de confiance des investisseurs et la hausse des taux d'emprunt d'un état...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2018 à 8:46 :
devant le comportement de ford a bordeaux
il faut que l'a c o refuse la presence de ford au 24 heures du mans.
a comportement ignoble il faut une replique
a écrit le 22/11/2018 à 12:07 :
L'Italie n'a qu'un but : Sortir de l'Europe. Ce que redoute Bruxelles bien evidemment.
a écrit le 22/11/2018 à 11:37 :
Trop de bons et de mauvais points donnés, trop de jugements, trop de pensée binaire faisant qu'il y aurait un mal contre un bien, votre mal à vous étant différent de celui de votre voisin juste à côté mais c'est pas grave comme vous avez la possibilité d'écrire et de diffuser vous prêchez votre mal et votre bienn votre vérité, selon vos intérêts par définition subjectifs.

"Utilisation de la petite malhonnêteté. — La puissance de la presse consiste en ce que chaque individu qui est à son service ne se sent que très peu obligé et lié. Il dit ordinairement son opinion, mais quelquefois aussi il ne la dit pas, pour servir son parti ou la politique de son pays ou enfin soi-même. Ces petits délits de malhonnêteté ou peut-être seulement de silence malhonnête ne sont pas lourds à porter pour l’individu, mais les conséquences en sont extraordinaires, parce que ces petits délits sont commis par beaucoup de geris en même temps. Chacun d’eux se dit : « Au prix d’un si petit service, je vivrai mieux, je pourrai trouver ma subsistance ; par l’absence de tels petits scrupules, je ne me rendrai pas impossible. » Comme il paraît moralement presque indifférent d’écrire ou de ne pas écrire une ligne de plus, et encore peut-être sans signature, un homme qui possède de l’argent et de l’influence peut faire de toute opinion l’opinion publique. Celui qui sait à ce propos que la plupart des hommes sont faibles dans les plus petites choses, et qui veut atteindre par eux ses propres fins, est toujours un homme dangereux." Nietzsche Humain trop humain

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :