Les élections italiennes

 |   |  335  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

A quelques jours des élections italiennes, toujours aucune réaction des marchés.

Ce qui se passe sur l'Italie est très surprenant. Très surprenant. Certes on sait que les investisseurs se sont tellement plantés avec Trump et le Brexit qu'ils ne veulent plus paniquer en cas de mauvaise nouvelle électorale mais quand même.

PAS DE MAJORITÉ, PAS DE GOUVERNEMENT
La situation politique, selon les sondages, est totalement confuse. Aucun parti ne semble pouvoir avoir de majorité et le pays pourrait entrer dans une longue période de tractations avec des personnages comme Berlusconi comme roi ou faiseur de rois, ce qui est peu rassurant pour les marchés. Sans mentionner les discours populistes sur l'Italexit.

L'ITALIE MAILLON FAIBLE ?
Apparemment non. C'était pourtant son statut il y a encore quelques mois. Mais si on regarde la performance des marchés italiens, c'est même tout le contraire. En 2017 les marchés italiens surperformaient déjà les marchés européens de plus de 7%. Depuis le début de l'année cette surperformance s'accentue avec déjà près de 5% d'avance. Les investisseurs jouent le come-back économique de l'Italie, l'amélioration des indicateurs et la meilleure profitabilité des groupes italiens. La performance du pays n'est pas spectaculaire mais elle est nettement meilleure avec des prévisions de croissance supérieure à 1.5%.

DEMAIN ON RASE GRATIS
Même les promesses des candidats ne font pas peur.
Et pourtant on assiste à une véritable surenchère. Chaque candidat y va de ses cadeaux fiscaux, des cadeaux fiscaux dont, évidemment, on n'a pas le moindre début d'idée de financement surtout avec les niveaux de déficit et de dettes. Qu'importe. On verra bien. Mais le plus étonnant c'est que les taux italiens ne dérapent même pas vraiment. C'est vrai que la BCE achète toujours de la dette italienne mais on aurait pu avoir tout...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2018 à 11:39 :
"Très surprenant. Certes on sait que les investisseurs se sont tellement plantés avec Trump et le Brexit qu’ils ne veulent plus paniquer en cas de mauvaise nouvelle électorale mais quand même"

Non cela n'est pas surprenant les actionnaires milliardaires ont juste compris que la dictature européenne était bien en place et comme l'absence total de gouvernement en allemagne ne gène absolument pas leurs profits, au contraire, ce dogme européen fait son bonhomme de chemin s'imposant de plus en plus ça et là rendant les élections nationales caduques, laissant les paroles des politiciens à ceux qui veulent encore y croire.

La cacophonie politique profite aux marchés financiers puisque étant nocive pour le citoyen or tout ce qui est bon pour les financiers est mauvais pour les citoyens. Les preuves abondent en ce sens.

"J'ai été surpris d'apprendre qu'Eurodisney représente 6.2% des recettes touristiques nationales. Ça me semble énorme."

C'est effet énorme et très étonnant, sachant que loin d'être le premier lieu touristique non ? Il doit y avoir des indicateurs peu connus dans ces chiffres...

"Une page se tourne cette année à la banque Rothschild et Cie."

Non le fonctionnement oligarchique se pérennise plutôt hein, merci.

"Si vous vous faisiez du souci pour nos banques, les Echos vous rassurent: les banques françaises vont mieux et elles gagnent beaucoup d'argent. La crise est bien finie. Merci aux banques centrales et merci aux gouvernements. "

Et merci pour cette vérité même si elle a éradiqué nos finances publiques.

"Boeing va construire AirForce One, Trump a négocié le prix pendant un mois"

Trump, un président qui préside à la mode libérale en assumant son rôle, nos représentants politiques ne sont plus que des intermédiaires, ce serait bien que nos politiciens européens assument cette vérité que le peuple connait majoritairement et fassent enfin leur boulot.

Le problème étant que nos président à nous ne sont pas milliardaires et du coup entièrement dépendants des milliardaires locaux. Voilà ou réside la force de Trump qui va finir d'exploser l'europe qui tous les jours meure de la compromission exponentielle et effrénée entre politiciens et hommes d'affaires.

On dirait vraiment que notre oligarchie européenne a totalement abandonné la concurrence mondiale pour se centrer sur ses seuls intérêts, sur son nombril et le bout de son nez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :