Téléchargez
notre application
Ouvrir

Londres prêt à un accord commercial basique avec l'UE, selon le conseiller de Boris Johnson

reuters.com  |   |  409  mots
Londres pret a un accord commercial basique avec l'ue, selon le conseiller de boris johnson[reuters.com]
(Crédits : Francois Lenoir)

BRUXELLES (Reuters) - Le Royaume-Uni est prêt à commercer sur des bases minimales avec l'Union européenne, sur le modèle de l'Australie, si Bruxelles persiste à vouloir imposer ses règles en échange d'un accord de libre-échange, a averti lundi le conseiller du Premier ministre britannique Boris Johnson chargé du Brexit.

Les Britanniques ne sont "pas effrayés" par la perspective de frictions commerciales, a encore déclaré David Frost lors d'un discours à l'université de Bruxelles.

Le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne le 31 janvier et des tractations doivent débuter prochainement pour définir les futures relations que les deux entités entretiendront à l'expiration d'une période de transition - pendant laquelle les règles existantes restent en vigueur - le 31 décembre.

Approuvé mercredi dernier par le Parlement européen, le mandat de négociation de la Commission prévoit que la future concurrence entre Londres et l'UE devra rester ouverte et loyale grâce des "conditions de concurrence équitables" sur les questions sociales, environnementales, fiscales, d'aides publiques, de protection des consommateurs ou climatiques.

Mais Londres n'acceptera pas que l'UE supervise les garanties d'une concurrence équitable, a prévenu David Frost.

"Selon nous, il est capital que nous puissions être en mesure de déterminer les lois qui nous conviennent", a-t-il expliqué. "Penser que nous pourrions accepter une supervision de l'UE sur les questions dites de 'concurrence équitable' ne permet tout simplement pas de saisir le sens de ce que nous faisons", a-t-il poursuivi.

Selon David Frost, tout assouplissement de la position déjà énoncée par Boris Johnson se heurterait de toute façon à l'hostilité de l'opinion publique britannique.

L'UE, a martelé le conseiller de Boris Johnson, doit traiter le Royaume-Uni sur un pied d'égalité si elle veut une relation "viable et durable" avec Londres.

Le Royaume-Uni "ne demande aucun régime d'exception", juste un accord commercial normal comme l'UE en a conclu avec d'autres pays à travers le monde, a dit David Frost.

Selon le conseiller de Boris Johnson, le Royaume-Uni développera son propre système d'aides publiques et de lutte contre les subventions une fois terminée la phase de transition.

Actuellement, la plupart des échanges entre l'UE et l'Australie sont soumis aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec des accords spécifiques pour certains types de marchandises. L'Australie est toutefois en train de négocier un accord commercial avec Bruxelles.

(Gabriela Baczynska, version française Jean-Stéphane Brosse)