Téléchargez
notre application
Ouvrir

Argentine : Inquiétude des organisations de défense des droits de l'Homme après la répression des manifestations

reuters.com  |   |  227  mots
Argentine: inquietude des organisations de defense des droits de l'homme apres la repression des manifestations[reuters.com]
(Crédits : Agustin Marcarian)

BUENOS AIRES (Reuters) - Les organisations de défense des droits de l'homme ont condamné vendredi l'utilisation de la force "sans discrimination" par la police contre les manifestants protestant contre un durcissement des restrictions dans le pays alors que les infections au COVID-19 augmentent.

Les médias locaux ont diffusé des images sur lesquelles on pouvait voir les forces de l'ordre tirer des balles en caoutchouc et faire usage de gaz lacrymogènes contre des contestataires dans la ville de Formosa, dans le nord de l'Argentine.

Le bureau régional du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) et le coordinateur résident argentin aux Nations Unies ont déclaré dans un communiqué s'inquiéter de ce que la police ait fait usage "sans discrimination de la violence, faisant des blessés et arrêtant des manifestants."

La Commission interaméricaine des droits de l'homme a écrit sur Twitter être préoccupée après des rapports selon lesquels "les officiers de police ont tiré des balles de caoutchouc, fait usage de gaz lacrymogènes et frappé des contestataires et des journalistes."

"L'Etat doit garantir la liberté de s'exprimer pacifiquement de ses citoyens... la violence n'est jamais la solution", a déclaré sur Twitter Santiago Cafiero, chef du Cabinet du président argentin, Alberto Fernandez.

(Maximilian Heath et Dave Sherwood; version française Camille Raynaud)