Téléchargez
notre application
Ouvrir

Michelin vise une croissance de 5% par an dans le monde post-COVID

reuters.com  |   |  457  mots
Michelin vise une croissance de 5% par an dans le monde post-covid[reuters.com]
(Crédits : Philippe Wojazer)

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Michelin a annoncé jeudi viser une croissance de 5% par an à partir de 2023, une fois complètement sorti de la crise du coronavirus, grâce à un redressement de la demande en pneumatiques mais surtout à une diversification de ses activités hors de son métier historique, notamment vers l'hydrogène.

Cet objectif correspond à environ 34 milliards d'euros de chiffre d'affaires à la fin de la décennie, contre environ 24,5 milliards estimés en 2023 après un trou d'air à 20,5 milliards en 2020.

"Les nouvelles dynamiques apparues dans le monde post-COVID ont servi de cadre pour élaborer la stratégie de 2030", a dit le groupe plus que centenaire dans des documents publiés à l'occasion d'une journée investisseurs.

"Nous aurons une croissance dans le pneu, mais elle sera moins vive que la croissance que nous sommes capables d'obtenir dans d'autres secteurs", a ajouté le président de Michelin, Florent Menegaux, dans une interview à Reuters.

Au terme de diversification, il préfère parler "d'extension des savoirs faire" du groupe dans les matériaux, rappelant qu'à l'origine, Michelin ne s'est pas contenté de fabriquer des pneus, mais qu'il a construit aussi des voitures et des avions.

Les 5% de croissance visés se comparent à une croissance annuelle estimée à +0,5% entre 2019 et 2023, période marquée par le choc de la pandémie en 2020 suivie de deux années de convalescence puisque le groupe clermontois compte émerger totalement de la crise au second semestre 2022.

Pour faire face à la concurrence farouche qui fait rage sur le marché des pneumatiques, Michelin compte accélérer ses réductions de coûts et renforcer son expertise dans les roues de grande taille - 18 pouces et même 19 pouces et plus - qui représentent une plus forte marge.

L'essor rapide des activités hors pneus - services de nouvelles mobilités et gestion de données, composites flexibles, hydrogène, systèmes médicaux et impression métal 3D - devraient par ailleurs porter leur poids entre 20% et 30% du chiffre d'affaires total du groupe d'ici 2030, contre 5% en 2019.

"Il y a forcément une part de cette croissance qui viendra d'acquisitions", a ajouté Florent Menegaux, sans autre précision.

Dans la pile à combustible à hydrogène, appelée à jouer un rôle croissant dans la vague d'électrification des véhicules, la JV du groupe avec Faurecia, Symbio, devrait voir son chiffre d'affaires passer de 200 millions d'euros en 2025 à 1,5 milliard en 2030.

Michelin compte sur ces ambitions nouvelles pour retrouver un ratio de retour sur investissement supérieur à 10,5% en 2023, contre 10% en 2019 et un creux de 6% en 2020, et un bénéfice opérationnel des segments supérieur à 3,3 milliards d'euros, également en 2023, contre trois milliards en 2019 et 1,9 milliard seulement l'an dernier.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)