Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA : Décès de Ramsey Clark, ancien procureur général des États-Unis et militant des droits de l'homme

reuters.com  |   |  316  mots
Usa: deces de ramsey clark, ancien procureur general des etats-unis et militant des droits de l'homme[reuters.com]
(Crédits : Jim Young)

(Reuters) - L'ancien procureur général des États-Unis, Ramsey Clark, qui a contribué à l'élaboration de la législation américaine sur les droits civils sous l'administration Johnson, et qui a ensuite parcouru le monde pour combattre les violations des droits de l'homme commises par son propre pays, est décédé à l'âge de 93 ans.

Ramsey Clark, l'un des architectes de la loi historique sur le droit de vote de 1965 et de la loi sur les droits civils de 1968, est décédé vendredi, a déclaré Sharon Welch, membre de sa famille, selon des médias tels que le New York Times et le Washington Post.

Au cours de sa longue carrière de représentant de causes impopulaires, Ramsey Clark a défendu ou conseillé le colonel Mouammar Kadhafi, dirigeant libyen, le président yougoslave Slobodan Milosevic, la personnalité politique libérienne Charles Taylor et l'Irakien Saddam Hussein.

Dans les années 1990, il a aidé à fonder l'International Action Center de New York, une organisation de gauche qui a attiré l'attention en 1999 pour ses manifestations de rue condamnant le bombardement de la Yougoslavie par l'OTAN sous la direction des États-Unis.

Dans une interview accordée à Reuters en juillet 2001, alors qu'il s'apprêtait à donner à Slobodan Milosevic des conseils juridiques sur les accusations portées par un tribunal international des Nations unies pour des crimes de guerre, Ramsay Clark a évoqué son engagement en faveur des droits de l'homme.

"Pendant 30 ans, j'ai soutenu l'idée et travaillé à la création d'une cour pénale internationale à compétence universelle, indépendante de toute influence politique et ayant le pouvoir de poursuivre les hauts et les puissants ainsi que les faibles et les vaincus", a-t-il déclaré. "L'égalité est la mère de la justice. S'il n'y a pas d'égalité en droit, il n'y a pas de justice."

(Grant McCool; version française Camille Raynaud)