Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Pakistan interdit un parti islamiste à l'origine de manifestations anti-françaises

reuters.com  |   |  352  mots
Le pakistan interdit un parti islamiste a l'origine de manifestations anti-francaises[reuters.com]
(Crédits : Mohsin Raza)

par Asif Shahzad et Umar Farooq

ISLAMABAD (Reuters) - Le Pakistan va interdire un parti islamiste radical impliqué en novembre dernier dans des manifestations anti-françaises, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur, au troisième jour de violents rassemblements de ses partisans au cours desquels deux policiers ont été tués et 340 blessés.

Le gouvernement, qui a déployé des troupes paramilitaires dans la nuit, a indiqué qu'il avait arrêté 1.400 partisans du Tehrik-i-Labaik Pakistan (TLP) qui dénonçaient l'arrestation de leur chef, Saad Hussain Rizvi, âgé de 26 ans.

"Nous avons décidé d'interdire le TLP", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Sheikh Rashid, aux journalistes à Islamabad. "Nous ne voulons pas être connus comme une nation extrémiste au niveau international", a-t-il dit, ajoutant que le groupe serait interdit en vertu des lois antiterroristes du pays.

Les manifestants ont bloqué les voies ferrées, les autoroutes et les voies d'entrée et de sortie de toutes les grandes villes du pays pour protester contre l'arrestation de leur chef.

Celui-ci exige du gouvernement qu'il expulse l'ambassadeur de France au Pakistan et approuve un boycott des produits français pour protester contre la republication, l'automne dernier dans l'Hexagone, d'images du prophète Mahomet à l'occasion de l'ouverture du procès de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015.

Deux policiers ont été battus à mort dans l'est de Lahore, a déclaré le chef de la police de la ville, Ghulam Mahmood Dogar. Un autre officier de police, Sajid Kiyani, a déclaré que les islamistes avaient utilisé des armes à feu dans certains endroits où ils ont également agressé et enlevé des policiers.

Le TLP, qui est soutenu par des dizaines de milliers de fidèles, avait mis fin l'an dernier à ses manifestations anti-françaises après que le gouvernement eut promis de faire adopter par le Parlement une résolution visant à expulser l'ambassadeur de France, adoption dont la date butoir a été fixée au 20 avril.

(Asif Shahzad et Umar Farooq à Islamabad, avec Mubasher Bukhari à Lahore, version française Kate Entringer, édité par Jean-Stéphane Brosse)