Téléchargez
notre application
Ouvrir

Ethiopie : Les violences sexuelles utilisées comme arme de guerre dans le Tigré, selon l'Onu

reuters.com  |   |  864  mots
Ethiopie : les violences sexuelles utilisees comme arme de guerre dans le tigre[reuters.com]
(Crédits : Baz Ratner)

par Michelle Nichols

NEW YORK (Reuters) - Les violences sexuelles sont utilisées comme une arme de guerre dans la région éthiopienne du Tigré, a déclaré jeudi le responsable de l'aide humanitaire de l'ONU au Conseil de sécurité.

Cette déclaration a incité l'envoyé des États-Unis aux Nations unies à contester le silence de l'organisation, en demandant : "Les vies africaines ne comptent-elles pas pour les autres pays ? "Les vies africaines n'ont-elles pas autant d'importance que celles qui vivent des conflits dans d'autres pays ?"

Le responsable de l'Onu, Mark Lowcock, a déclaré que la crise humanitaire au Tigré s'était détériorée le mois dernier, avec des difficultés d'accès à l'aide et des personnes mourant de faim. Il a déclaré que l'organisme mondial n'avait vu aucune preuve que les soldats de l'Érythrée voisine - accusés de massacres et de meurtres dans le Tigré - se soient retirés.

"Pour être très clair : le conflit n'est pas terminé et les choses ne s'améliorent pas", a déclaré Mark Lowcock, selon les notes qu'il a prises lors de cette séance d'information privée, qui avait été demandée par les États-Unis.

L'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a noté que la réunion de jeudi était la cinquième réunion privée du Conseil depuis que les combats entre les troupes du gouvernement fédéral éthiopien et l'ancien parti au pouvoir dans le Tigré ont commencé en novembre, selon des diplomates.

"Le Conseil de sécurité a été unifié sur la Syrie, le Yémen et même sur la Birmanie, où nous avons pu nous réunir pour publier une déclaration", a-t-elle déclaré, selon les mêmes sources. "Nous demandons au conseil de reconsidérer une déclaration sur l'Éthiopie. ... Les victimes ont besoin de savoir que le Conseil de sécurité se soucie de ce conflit."

Jusqu'à présent, le Conseil n'a pas réussi à se mettre d'accord sur une déclaration publique concernant le Tigré, les pays occidentaux étant opposés à la Russie et à la Chine, qui, selon les diplomates, se demandent si l'organe - chargé de maintenir la paix et la sécurité internationales - doit être impliqué dans la crise.

Le conflit a tué des milliers de personnes et forcé des centaines de milliers d'autres à quitter leur foyer dans cette région montagneuse d'environ 5 millions d'habitants. L'Érythrée a aidé les troupes éthiopiennes, bien qu'elle ait nié à plusieurs reprises la présence de ses forces dans le Tigré.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a reconnu la présence érythréenne et les Nations unies et les États-Unis ont exigé le retrait des troupes érythréennes du Tigré.

"Ni les Nations unies ni aucune des agences humanitaires avec lesquelles nous travaillons n'ont vu de preuve du retrait érythréen", a déclaré Mark Lowcock.

FAMINE ET VIOLENCES SEXUELLES

Mark Lowcock a déclaré qu'il avait reçu un rapport plus tôt dans la journée de jeudi selon lequel 150 personnes étaient mortes de faim dans le Tigré et a averti que "la famine comme arme de guerre est une violation."

Le Dr Fasika Amdeselassie, principal responsable de la santé publique pour l'administration provisoire nommée par le gouvernement dans le Tigré, a déclaré à Reuters qu'au moins 829 cas d'agression sexuelle avaient été signalés dans cinq hôpitaux depuis le début du conflit.

"Il ne fait aucun doute que la violence sexuelle est utilisée dans ce conflit comme une arme de guerre", a déclaré Mark Lowcock, ajoutant que la majorité des viols ont été commis par des hommes en uniforme, avec des accusations portées contre toutes les parties belligérantes.

"Près d'un quart des rapports reçus par une agence font état de viols collectifs, plusieurs hommes agressant la victime ; dans certains cas, les femmes ont été violées à plusieurs reprises pendant plusieurs jours. Des filles âgées d'à peine huit ans sont prises pour cible", a déclaré Mark Lowcock.

L'ambassadeur éthiopien auprès des Nations unies, Taye Atskeselassie Amde, a déclaré à Reuters que le gouvernement enquêtait sur toutes les violations des droits. Il a accusé Mark Lowcock de "ne pas se comporter comme un humanitaire mais comme un ennemi déterminé à exercer une sorte de représailles".

"Les violations des droits de l'homme sont trop sérieuses et graves pour être soumises à des spéculations. Il est regrettable que le chef du BCAH (Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'Onu) ait eu recours à un tel acte devant le Conseil de sécurité de l'Onu", a-t-il déclaré, ajoutant qu'"il n'y a aucune faille dans l'accès humanitaire."

La mission de l'ONU en Érythrée à New York n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire sur les remarques de Mark Lowcock. Le mois dernier, le ministre érythréen de l'Information, Yemane Gebremeskel, a déclaré que la violence sexuelle et le viol "sont une abomination pour la société érythréenne" et qu'ils doivent être sévèrement punis s'ils se produisent.

(version française Camille Raynaud)