Téléchargez
notre application
Ouvrir

Russie : L'opposant Navalny visé par une nouvelle enquête

reuters.com  |   |  413  mots
Russie: l'opposant navalny vise par une nouvelle enquete[reuters.com]
(Crédits : Maxim Shemetov)

par Polina Devitt et Andrew Osborn

MOSCOU (Reuters) - La Russie franchit un pas dans sa campagne contre Alexeï Navalny et son mouvement en ouvrant une nouvelle procédure pénale contre l'opposant qui pourrait lui valoir une peine de prison supplémentaire.

Alexeï Navalny purge déjà deux ans et demi de prison pour violation des termes de sa liberté conditionnelle dans une affaire de détournement de fonds qui, selon lui, a été montée de toutes pièces pour contrecarrer ses ambitions politiques.

Ses alliés ont fait l'objet de perquisitions, leur liberté de mouvement a été restreinte et certains ont fui à l'étranger après qu'un tribunal a jugé en juin que leurs activités étaient extrémistes.

Les détails des nouveaux chefs d'accusation ont été publiés sur le site du Comité d'enquête, un organisme chargé des grandes affaires criminelles, notamment de corruption. Alexeï Navalny est ainsi accusé d'avoir fondé et dirigé un groupe extrémiste, un crime passible de dix ans de prison.

"L'activité illégale du groupe extrémiste avait pour but de discréditer les organes de l'État et leur politique, de déstabiliser la situation dans les régions, de créer une atmosphère de contestation dans la population, d'essayer de créer parmi le public l'opinion qu'un violent changement de pouvoir est nécessaire [et] d'organiser et mener des manifestations dégénérant en émeutes," peut-on lire sur le site du Comité d'enquête.

Les alliés d'Alexeï Navalny, dont beaucoup sont désormais à l'étranger, sont accusés de poursuivre leur activité criminelle présumée après que leur mouvement a été désigné comme extrémiste.

Lioubov Sobol, une proche de Navalny nommée dans la déclaration du Comité d'enquête, a déclaré sur Twitter que ces accusations étaient absurdes.

"Les 'crimes' de mes collègues: ils ont pris part à des élections, enquêté sur la corruption des hauts fonctionnaires, sont allés à des manifestations pacifiques et ont écrit sur Twitter...", a-t-elle ironisé.

Alexeï Navalny a été arrêté en janvier dernier à son retour en Russie après avoir été soigné pendant près de cinq mois en Allemagne à la suite de son empoisonnement par un agent neurotoxique en août dernier. Le Kremlin dément avoir joué le moindre rôle dans cette affaire.

(Reportage Andrew Osborn et Polina Devitt, avec Olzhas Auyezov; version française Valentine Baldassari, édité par Sophie Louet)