Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les pays développés pourront débloquer $100 milliards pour le climat d'ici 2023

reuters.com  |   |  304  mots

OTTAWA (Reuters) - Les pays développés pensent pouvoir allouer 100 milliards de dollars (85,93 milliards d'euros) aux pays pauvres pour lutter contre le réchauffement climatique d'ici 2023, et non 2020 comme initialement prévu, selon un projet officiel publié lundi.

Le plan de lutte contre le réchauffement climatique, préparé par le Canada et l'Allemagne avant le sommet des Nations Unies sur le climat (COP26) en Écosse, indique que les pays développés doivent accentuer leurs efforts et déplore que les plans de financement privé n'aient pas répondu aux attentes.

Le financement des politiques climatiques est au cœur des préoccupations du sommet, qui vise à obtenir des engagements plus ambitieux de la part des pays pour limiter le réchauffement de la planète. Toutefois, l'incapacité à atteindre l'objectif des 100 milliards de dollars d'ici 2020, un objectif fixé en 2009, pourrait miner la confiance et anéantir les efforts déployés pour fixer de nouveaux objectifs en faveur de l'aide climatique.

Les auteurs de ce programme de 12 pages estiment que les pays développés sont en mesure de fournir les efforts nécessaires pour réunir les 100 milliards de dollars en 2022 et sont convaincus que l'objectif sera atteint en 2023.

"Les données laissent également entendre que nous serons probablement capables de mobiliser plus de 100 milliards de dollars par an par la suite", indique le plan.

Les associations environnementales jugent cette somme insuffisante. Les nations africaines pensent que le financement devrait être plus que décuplé pour atteindre 1.300 milliards de dollars par an d'ici 2030, a déclaré ce mois-ci à Reuters un négociateur africain spécialiste du climat.

Le sommet COP26 commence le 31 octobre et dure environ deux semaines. Il se tient dans la ville écossaise de Glasgow.

(1 euro = $1,1638)

(Reportage David Ljunggren,version française Khadija Adda-Rezig, édité par Jean-Michel Bélot)