Téléchargez
notre application
Ouvrir

Une désescalade est nécessaire en Biélorussie, disent Macron et Poutine

reuters.com  |   |  342  mots
Une desescalade est necessaire en bielorussie, disent macron et poutine[reuters.com]
(Crédits : Pool)

par Michel Rose

PARIS (Reuters) - Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu lundi avec son homologue russe Vladimir Poutine, a rapporté l'Elysée, indiquant que les deux dirigeants sont convenus qu'il fallait une désescalade des tensions migratoires à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne.

Par ailleurs, Emmanuel Macron a fait part à Vladimir Poutine de ses préoccupations à propos de la situation en Ukraine, alors que l'Otan a mis en garde dans la journée la Russie contre ses mouvements de troupes à la frontière entre les deux pays.

Il n'y a pas eu de convergence entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine dans l'"analyse sur l'origine" de la crise actuelle à la frontière biélorusse, a fait savoir la présidence française.

Vladimir Poutine a dit comprendre la nécessité d'y mettre fin, en priorité "par respect humain pour les migrants" ayant été "instrumentalisés", a déclaré une conseillère de l'Elysée.

"Le président de la République s'est mis d'accord avec Vladimir Poutine sur trois points en particuliers: d'abord une désescalade sur la question migratoire; ensuite une désescalade sur le sujet gazier qui ne doit pas être pris en otage des difficultés politiques; et enfin, un effort à faire sur la situation humanitaire concernant les migrants".

La France offre son plein soutien à la Pologne et est disposée à lui fournir de l'aide, a indiqué l'Elysée.

Sur la question de l'Ukraine, "évidemment discutée" par Emmanuel Macron avec Vladimir Poutine, le président français a rappelé la "préoccupation forte" de Paris et sa "volonté de défendre l'intégrité territoriale" de l'Ukraine.

A l'issue d'une réunion avec leur homologue ukrainien, les ministres français et allemand des Affaires étrangères ont dit lundi regretter le refus de Moscou de prendre part à une rencontre en "format Normandie" et prévenu que toute nouvelle tentative russe de porter atteinte à l'indépendance territoriale de l'Ukraine aurait de "graves conséquences".

(Reportage Michel Rose, rédigé par Jean Terzian)