Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Otan veut moderniser l'armée ukrainienne pour faire face à la Russie

reuters.com  |   |  582  mots
L'otan veut moderniser l'armee ukrainienne pour faire face a la russie[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

par Sabine Siebold, Robin Emmott et Pavel Polityuk

MADRID/KYIV (Reuters) - L'Otan a décrit mercredi la Russie comme la "menace la plus directe" pour la sécurité de ses membres à la suite de l'invasion de l'Ukraine, promettant de moderniser l'armée ukrainienne et soulignant son soutien à Kyiv dans sa "défense héroïque" du pays.

Au cours d'un sommet à Madrid dominé par le bouleversement géopolitique causé par la guerre en Ukraine, l'Alliance a formellement invité la Suède et la Finlande à la rejoindre, au lendemain de la levée du veto de la Turquie.

Elle s'est aussi engagée à renforcer ses capacités de réaction militaires sur son flanc oriental, le plus proche de la Russie, le président américain Joe Biden ayant notamment annoncé l'envoi de troupes supplémentaires en Europe, dont un quartier général permanent de l'armée américaine en Pologne - le premier déploiement permanent des Etats-Unis dans l'extrémité orientale de l'Otan.

En marge de la réunion des dirigeants de l'Otan, l'armée russe a intensifié ses attaques en Ukraine, avec entre autres des frappes contre la région de Mykolaïv, dans le sud du pays.

Le président ukrainien Volodimir Zelensky a réitéré auprès des membres de l'Otan sa demande de livraisons d'armes et de fonds supplémentaires, et plus rapidement, afin de contrer la force de frappe de la Russie. Il a prévenu que les ambitions de la Russie ne se limitaient pas à l'Ukraine.

Dans un communiqué, l'Otan a qualifié la Russie de menace "directe" et la "plus importante" contre la sécurité et la stabilité de ses alliés, mettant en exergue la rapide détérioration des relations avec la Russie depuis le début, le 24 février, de l'offensive en Ukraine.

La Russie a été classée par le passé comme un "partenaire stratégique".

"PLEINE SOLIDARITÉ" AVEC L'UKRAINE

Les 30 membres de l'Alliance sont convenus à Madrid d'un ensemble d'aides destinées à moderniser l'armée ukrainienne, rappelant dans leur communiqué commun leur "pleine solidarité" avec le gouvernement et le peuple ukrainiens dans "la défense héroïque de leur pays".

"Nous envoyons un message fort (au président russe Vladimir) Poutine: 'Vous ne gagnerez pas'", a déclaré le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, hôte du sommet de l'Otan.

Un renforcement militaire du flanc oriental de l'Alliance a été confirmé, comme annoncé au préalable par son secrétaire général, Jens Stoltenberg, qui avait présenté un projet visant à multiplier par sept le nombre de soldats en état d'alerte, à plus de 700.000.

Les invitations formelles pour que la Suède et la Finlande intègrent l'Otan marquent l'un des plus importants virages sécuritaires en Europe depuis des décennies, Stockholm et Helsinki ayant abandonné leur traditionnel positionnement neutre à la suite de l'offensive de la Russie en Ukraine.

La Russie se plaint de longue date de ce qu'elle considère comme une expansion dangereuse de l'Otan dans l'est de l'Europe. Mais son "opération militaire spéciale" en Ukraine, selon la formule du Kremlin, a donné à l'Alliance transatlantique un nouveau souffle et un regain d'unité.

Par la voie de son ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, la Russie a décrit l'élargissement de l'Otan comme "déstabilisateur" et estimé que cela ne renforcerait pas la sécurité des membres de l'Alliance.

(Reportage des bureaux de Reuters; version française Jean Terzian)