Téléchargez
notre application
Ouvrir

Russie : Des lois d'économie de guerre approuvées en première lecture

reuters.com  |   |  329  mots
Russie: des lois d'economie de guerre approuvees en premiere lecture[reuters.com]
(Crédits : Evgenia Novozhenina)

LONDRES (Reuters) - Les députés russes ont approuvé mardi en première lecture deux projets de loi qui permettraient au gouvernement d'obliger les entreprises à fournir des biens à l'armée et leurs employés à effectuer des heures supplémentaires dans le but de soutenir l'invasion russe de l'Ukraine.

Le vice-Premier ministre Iouri Borissov a déclaré devant la Douma, la chambre basse du Parlement russe, que ces initiatives étaient motivées par la nécessité de soutenir l'armée à un moment où l'économie russe subit une "pression colossale" de la part des Occidentaux, plus de quatre mois après le début de ce que Moscou nomme son "opération militaire spéciale" en Ukraine.

"La charge qui pèse sur l'industrie de la défense a considérablement augmenté. Afin de garantir l'approvisionnement en armes et en munitions, il est nécessaire d'optimiser le travail du complexe militaro-industriel", a-t-il déclaré.

L'un des projets de loi prévoit que l'État peut imposer des "mesures économiques spéciales" pendant les opérations militaires, obligeant les entreprises à fournir des biens et des services à l'armée à la demande du gouvernement russe.

Une note explicative jointe au projet de loi indique que l'armée a besoin de nouveaux matériaux et de réparations d'armes pour poursuivre sa campagne en Ukraine.

Le second projet de loi modifierait le code du travail afin d'accorder au gouvernement le droit de réglementer les heures de travail, ce qui pourrait signifier que le gouvernement serait en capacité d'obliger les employés des entreprises fournissant des biens à l'armée à travailler la nuit, les week-ends et les jours fériés, et sans congé annuel.

Les deux projets doivent encore faire l'objet d'une deuxième et d'une troisième lectures, être examinés par la chambre haute et être promulgués par le président Vladimir Poutine pour avoir force de loi.

(Reportage Reuters ; version française Diana Mandiá, édité par Jean-Stéphane Brosse)