Téléchargez
notre application
Ouvrir

Ukraine : Peu de civils, des bâtiments calcinés à Lyssytchansk après sa prise par la Russie

reuters.com  |   |  295  mots
Ukraine: peu de civils, des batiments calcines a lyssytchansk apres sa prise par la russie[reuters.com]
(Crédits : Alexander Ermochenko)

LYSSYTCHANSK, Ukraine (Reuters) - Des voitures de police ukrainiennes renversées, criblées de balles, d'imposants bâtiments du gouvernement local brûlés et troués par les obus et le dôme doré endommagé d'une église orthodoxe.

Lundi, à Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine, un journaliste de Reuters, qui s'est rendu sur place avec les forces prorusses de la République populaire de Louhansk autoproclamée, a trouvé une ville vidée de nombreux habitants - Lyssytchansk en comptait près de 100.000 avant la guerre - et en grande partie détruite.

Quelques civils, des femmes exclusivement, examinaient les dégâts, des véhicules blindés conduits par des éléments prorusses circulaient dans les rues et la bannière rouge de la victoire - un symbole soviétique remontant à la Seconde Guerre mondiale adopté par les forces russes - avait été suspendue au-dessus de l'entrée d'un bâtiment du gouvernement local en ruines.

Olga, une retraitée de 67 ans restée sur place, se réjouissait du calme retrouvé. "La situation est bonne maintenant. Nous avons seulement peur qu'ils (les combats) reprennent", a-t-elle déclaré, ajoutant que la première chose qu'elle voulait faire était de rendre visite à ses enfants en Russie. Sinon, son objectif était de "rester en vie".

Dans d'autres parties de la ville, un bâtiment du gouvernement local en briques grises calcinées portant l'emblème ukrainien était vide, ses étages supérieurs n'ayant plus de fenêtres.

Quelques signes de l'identité ukrainienne de la ville demeuraient : une petite pile de passeports ukrainiens en lambeaux à l'intérieur du bureau du procureur local et un drapeau ukrainien abandonné sur une route, non loin d'une camionnette détruite.

(Reportage Reuters ; rédaction Andrew Osborn ; version française Augustin Turpin)