Téléchargez
notre application
Ouvrir

Ukraine : Plusieurs explosions secouent de nouveau la Crimée

reuters.com  |   |  508  mots
Ukraine: explosion dans un depot de munitions dans le nord de la crimee[reuters.com]
(Crédits : Stringer)

par Natalia Zinets

KYIV (Reuters) - De fortes explosions ont de nouveau secoué mardi plusieurs sites militaires russes en Crimée, selon les autorités et les médias locaux, Moscou dénonçant un acte de sabotage dans un de ses dépôts de munitions parti en fumée.

Selon Sergueï Axionov, le plus haut dirigeant russe en Crimée, l'explosion du dépôt de munitions de Djankoï, dans le nord de péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, a fait deux blessés et entraîné des perturbations du trafic ferroviaire.

Quelque 2.000 personnes ont été évacuées d'un village proche du site, a-t-il ajouté.

Contrairement à ce qu'il avait fait la semaine dernière après l'explosion d'un autre dépôt de munitions sur une base aérienne en Crimée, officiellement attribuée à un accident en dépit d'images montrant des impacts de missiles, le ministère russe de la Défense a cette fois mis en cause un "acte de sabotage", dans un communiqué par les agences russes.

Les autorités ukrainiennes ont de leur côté laissé entendre qu'elles étaient impliquées dans cette attaque, sans préciser les moyens employés.

Le journal russe Kommersant a fait état un peu plus tard de panaches de fumée au-dessus d'un autre site militaire russe situé près de Gvardeyskoye, également en Crimée.

"LA 'DÉMILITARISATION' SE POURSUIVRA"

Utilisée par Moscou comme base arrière pour son offensive en Ukraine, la péninsule est une destination touristique prisée par les Russes. Elle avait été jusqu'à récemment épargnée par les bombardements et tirs d'artillerie.

Comme la base aérienne touchée jeudi, le dépôt de munitions de Djankoï détruit mardi se trouve bien au-delà de la portée des roquettes avancées que les pays occidentaux reconnaissent avoir livrées à l'Ukraine.

Kyiv n'a pas publiquement confirmé être à l'origine de ces explosions mais plusieurs responsables ukrainiens n'ont pas caché leur satisfaction.

"L'opération 'démilitarisation' menée par les forces armées ukrainiennes se poursuivra jusqu'à la libération complète des territoires ukrainiens", a commenté le chef d'état-major Andriy Yermak sur Telegram, en allusion à l'affirmation de la Russie selon laquelle elle a attaqué l'Ukraine pour la démilitariser.

"Un rappel: la Crimée dans un pays normal, c'est la mer Noire, les montagnes, les loisirs et le tourisme, mais la Crimée occupée par les Russes, ce sont les explosions d'entrepôts et le risque élevé de mort pour les occupants et les voleurs", a renchérit sur Twitter Mykhaïlo Podolyak, conseiller du président ukrainien, après les explosions.

Lors d'une conférence sur la sécurité, le président russe Vladimir Poutine a accusé les Etats-Unis d'essayer de "faire traîner" le conflit en Ukraine en soutenant le gouvernement de Volodimir Zelensky.

(Reportage de Reuters, rédigé par Lincoln Feast et Andrew Cawthorne, Laetitia Volga pour la version française, édité par Kate Entringer et Tangi Salaün)