TotalEnergies retire ses administrateurs de Novatek, dépréciation liée de $3,7 mds

reuters.com  |   |  497  mots
Un participant a un forum passe devant un stand du producteur de gaz russe novatek[reuters.com]
(Crédits : Maxim Shemetov)

PARIS (Reuters) - TotalEnergies a annoncé vendredi qu'il allait retirer ses représentants au sein du conseil d'administration de Novatek et déconsolider de ses comptes sa participation de 19,4% dans la compagnie gazière russe, ce qui entraînera une dépréciation exceptionnelle de 3,7 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros) au quatrième trimestre.

TotalEnergies, qui a engagé un retrait progressif de la Russie après l'invasion de l'Ukraine décidée par Moscou, a précisé dans un communiqué qu'il n'est pas en l'état de céder cette participation puisqu'il lui est interdit de vendre des actifs à un des principaux actionnaires de Novatek en raison des sanctions le visant.

"Compte tenu des sanctions européennes en vigueur depuis le début du conflit, les deux administrateurs représentant TotalEnergies au sein du conseil d'administration de Novatek sont conduits à s'abstenir lors des séances du conseil d'administration de cette société, notamment sur les questions financières", a expliqué TotalEnergies.

Ces administrateurs n'étant plus en mesure "d'assurer pleinement leur mission", le groupe a décidé de leur retrait avec effet immédiat.

En conséquence, TotalEnergies doit déconsolider de ses comptes la participation de Novatek, ce qui conduira à la dépréciation exceptionnelle sur le trimestre en cours.

"Par ailleurs, TotalEnergies n'enregistrera plus de réserves au titre de sa participation dans la société Novatek, avec un impact sur les réserves prouvées déclarées à fin 2021 de 1,7 milliard de barils", a ajouté le groupe.

Lors du troisième trimestre, la major pétrolière a enregistré un résultat net ajusté record dopé par le bond du prix des hydrocarbures mais avait déjà dû passer une provision liée à la Russie d'un montant de 3,1 milliards de dollars.

A la Bourse de Paris, le titre TotalEnergies reculait de 1,2% vers 15h50 GMT.

"La question que pose cette annonce, c'est 'pourquoi aujourd'hui et pas plus tôt'", a commenté Biraj Borkhataria, analyste chez RBC. "La participation dans Novatek était, de notre point de vue, celle à laquelle TotalEnergies pouvait le plus facilement renoncer."

Le versement de dividendes par Novatek au pétrolier français au quatrième trimestre ne devrait pas être affecté par cette décision, a estimé l'analyste, qui a dit s'attendre à ce que la somme soit supérieure aux 450 millions de dollars versés à la fin du deuxième trimestre.

TotalEnergies n'a en revanche aucune intention de se retirer du projet de gaz naturel Yamal LNG pour le moment, a-t-on appris d'une source au fait du dossier.

Le directeur général du groupe, Patrick Pouyanné, a dit à plusieurs reprises qu'il ne quitterait pas le projet tant que celui-ci ne fait pas l'objet de sanctions de l'Union européenne, alors que Bruxelles souhaite éviter une rupture totale de l'approvisionnement de l'Europe en gaz russe.

(Reportage des bureaux de Reuters et Silvia Aloisi à Paris, rédigé par Blandine Hénault et Tangi Salaün, édité par Jean-Stéphane Brosse et Kate Entringer)

tag.dispatch();